HomeLe centenaire et la résurrection du directoirePagina 35

JPEG (Deze pagina), 516.98 KB

TIFF (Deze pagina), 4.09 MB

PDF (Volledig document), 17.54 MB

ET LA niàsunancrron nu nrancroinn ss
rien moins que la plaine de Longohamp et
l’énorme claque-dents du Pari Mutuel pour la
multitude des joueurs indigents voués a la pa-
resse, à. la débauche, au dégoüt du travail, au
` Vol,au suicide.L’obs0énité illustre les murailles.
Les vices humains sont éternels; mais la dif-
» - fusion des plus répuguants et la pra.tique avouée
des plus sales est, dans une société, le surindice
de la décomposition. La santé sociale se mani­-
feste par la dissimulation, même hypocrite,
des tares et des plaies. La corruption sociale se
l trahit par l,l11Cllllg(:I1CG que rencontrent les dé-
pravations, par la ouriosité ouverte qu’excitent
les perversions monstrueuses. L’i1npudeur et
1 Pinconscience caractérisent à la fois Page du
G Directoire et le notre.
On se rue au plaisir;il faut jouir, Ie plus vite
et le plus fort possible,
Mais sous le Direotoire, c’était pour com-
penser un arriéré de privations, de contrainte et
de souffrance; l’être humain se dilatait, pour
avoir été trop comprimé; l’avenir inspirait
con{iance,ne pouvant être pire que le passé.
De nos jours on veut jouir par provision, ‘
dans l’inoertitude d’un lendernain (lont on n’at­
1 tend que des catastrophes, politiques, sooiales,
{ nationales. On veut avoir vécu avant qu’il 11e
1