HomeLe centenaire et la résurrection du directoirePagina 33

JPEG (Deze pagina), 551.73 KB

TIFF (Deze pagina), 4.10 MB

PDF (Volledig document), 17.54 MB

ET LA Rnsunmzcrion nu nmscromn ei
de théàtre, mais de la France, ­- qu’on essaie
de réconcilier les troupes rivales ou les artistes
p brouilles. Le public s’émeut à la tentative de
Z suicide de M“° Desgarcins; surtout il S’llI`l3(§1‘GSS@
l à l’alcöve, à la lingerie, à la progéniture de
M“° Lange; il délibere s’il gardera son estime a
ï M“° Raucourt, qui affiche un luxe insolent dans
i, son palais, tandis que son père se jette par Ia
fenêtre pour ne pas mourir de faim. Les audi-
teurs d’Elleviou interrompent sa romance pour
lï pleurer avec lui sur ses malheurs domestiques.
Nous ne discutons pas avec moins de passion
s’iI faut absoudre M“° Cassive ou Mm Otero de _
n’av0ir pas cédé assez promptement pour sau-
ver Ia vie à quelques nigauds tragiques. De nos
1 illustres comédiens, les uns sont les conüdents
t et les conseillers des tribuns democrates , les au-
ïï tres sont les eommensaux des grands seigneurs
i et des heritiers présomptifs. A la place de Ga-
, rat, nous dégustons Yvette Guilbert; a la place
d’Ange Pitou, N ini Buffet.
En l’An III, sous la colere des soixante clubs
. de Paris, l’obscur Ducancel faisait jouer impu-
Il nément l’Imfériem· des Comités j7‘éUOZZl!i077,7?,LZi7’€S;
notre Piépublique, à nous,interdit le T/zcrmidor
de M. Sardou.
, Comme au Cercle de l’Harmonie les petites
L Iilles des Merveilleuses allaient se dégourdir
,i aux proverbes impudiques de Volange, 11os pe- p

li- L is er