HomeLe centenaire et la résurrection du directoirePagina 28

JPEG (Deze pagina), 511.01 KB

TIFF (Deze pagina), 4.08 MB

PDF (Volledig document), 17.54 MB

l l
ll _ 26 LE GENTENAIRE
un coupé à deux chevaux et ne gravit que l’es-
li calier d’honneur. l
l Tliéis Pipelet démontrait péremptoirement ï
l aux niuscadins Pégalité des sexes, ou plntot 3
l l’infério1·ité du male : nous applaudissons, dans
en ee role, l’Avant-C02¢o·o·iè2·e, la Ligue des droits
lr de la femme, Mm Potonié­Pierre, Mm Paule l l
[ Minck, Mm Pognon. _
Le Directoire importe la valse. A la place de
l la vieille danse gracieuse, compassée, décente, 1
l la valse livre la femme à son cavalier dans une ä
p E étreinte plus longue, plus énervante, plus raf-
l finée qu’aucun embrassement; les robes à la '
’ Vémes, les robes Illusion suppriment tout obs- l
taole à l’intime union; les mères et les maris à
suivent d’un oeil coinplaisant l’<-Evolution des
` couples... Nous valsons toujours; les toilettes ï
de nos contemporaines sont un peu moins som-
maires par en bas: mais elles se rattrappent en z
haut. Pour l’exhibition d`ensemble, nous avons ‘
` innové : c’est aux bains de mer que nos femmes
et nos lilles posent en costumes mouillés, c’est
à-dire un peu plus nues que sans costumes, ·
devant les monocles, les jumelles et les objec­ l
tifs d’amateurs. Les mères et les maris, d’ai1­
leurs, n’ont pas change. l
· l
Sous le Directoire, Liardot invente l’Agence F
matrimoniale; ses concurrents la perfection­ I
e
I
· «
à pk