HomeLe centenaire et la résurrection du directoirePagina 27

JPEG (Deze pagina), 513.88 KB

TIFF (Deze pagina), 4.04 MB

PDF (Volledig document), 17.54 MB

_ r
li
ET LA ansunmacriou nu oiuucroinn es
l gyrnniques,àBagatelle par des courses a cheval, .
à Monceaux par des courses à pied.
pi Le sport sevit de nouveau sous toutes les
formes, et nous sommes rebattus de [audits et
Ji de stades, de tennis et de football, de tuó, de
P cyclisme, de champions et de r·ecorcZs. Les em- l
pietements de l’écurie sur la vie nationale de-
chainent encore l’cmglom¢mie.
Les femmes s’en mêlaient: elles s’en mêlent.
Les << merveilleuses >> avaient choisi le metier
de cocher; il fallut prendre des arrêtés rigou-
reux pour leur interdire d’accrocl1er ou d’écra­
ser leurs contemporains. Elles les écrasent main-
tenant à bicyclette. Cesontdes arrêtes mort­nes
que M. Lépinc essaye de promulguer, pour
les empêcher de se travestir en zouaves et d’en
propager les moeurs trop africaines.
La Tallien portait des bagues aux doigts de
ses pieds nus : elles ornent de bracelets les pat-
tes de leurs caniches. Tout Paris était anxieux
dïapprendre si lVl“‘° Hainelin terait passer ou
renaïtre la mode de mettre une chemise : Paris
veut savoir si la belle Mm condarnne déiini­
tivemen.t ou tolere encore le corset.
Trainé dans un wiski bleu, Coppe, artiste,
allait chausser lui­même ses cothurnes aux
divinites du our, pour vingt écus : l’ondulateur
de nos déesses, à cinq louis la seance, vole dans
k