HomeLe centenaire et la résurrection du directoirePagina 25

JPEG (Deze pagina), 543.48 KB

TIFF (Deze pagina), 4.04 MB

PDF (Volledig document), 17.54 MB

A ` ET LA niásunnucriou nu Drnscroimz 23
J Le vandalisme moderne est pire; il deinolit
A ou defigure les monuments du passe pour le
Q ‘ plaisir de demolir et de deligurer; il est sterile
, en même temps que desinteresse; les bureaux
, des Beaux­Arts en disputent la palme aux
=% bureaux des Bàtiments civils.
Les details de Paris se sont modities, depuis , ­
cent ans; mais non la physionomie generale de
la ville et de sa population. << Des affiches pa1·­
V tout, decrivent MM. de Goncourt; les murailles
semblent bàties en papier... Des fontaines sans
eau... Les rues debaptisees, rebaptisees, rede-
baptisees ; les maisons denumerotées, renume­
rotees trois ou quatre fois... >> Est­ce en 4795 ?
en l895?
­ En l’an V, les theàtres et les bals publics se
disputent la visite d’Efï`eid Ali Effendi, ambas-
sadeur du sultan. Les femmes, deshabillees à
l’envi, se precipitent pour voir et pour toucher
V le Turc; on raconte dans les journaux ses mots,
· l ses silences, ses petites habitudes. - Ni plus
ni moins qu`aujourd’hui pour les fils de beys,
d’emirs, de shahs et de radjahs devant qui la
Presse fait comparaitre pêle­mêle, pour leur
faciliter le choix, l’elite feminine de l’Eldorad0,
du Moulin­Rouge et de la Comedie française.
Bruxelles, après Paris, vient d’admirer l’aer0­
naute Gappaza, tombant des nues en parachute.