HomeLe centenaire et la résurrection du directoirePagina 22

JPEG (Deze pagina), 526.47 KB

TIFF (Deze pagina), 4.07 MB

PDF (Volledig document), 17.54 MB

à.
20 LE CENTENAIBE
A a
. Nos ministres, démasqués par leurs policiers C
ofüciels et leurs mouchards amateurs, se con-
lg vainquent mutuellement de mensonge, de for- P
L faiture et de trahison. Les prisons de Londres
Y sont aux prises avec le Pül.3.lS­BO111`bO1'1. Le .4
greffe des cours d’assises trouble les nuits de ii
l’Elysée. Nul citoyen ne peut prononcer tout i
haut les noms de filou, de fazzssaire, de comm- li
l max ou de forçat sans essuyer la plainte en
L dilfamation de la moitié des gouvernants. ,
Au sortir de leurs provinces, les tliéàtres de
Paris ont toujours fasciné ces politiciens aus- L
tères, comme un Paradis de Maliomet. Le Paris (
du Directoire s’amuse de voir le représentant ,
Gérard Desrivières cumuler l’exercice de son
§p mandat avec la direction du bal de Tivoli, qu’il zi
installe dans les jardins du receveur Boutin,
guilloti11é.Le censeur dramatique Grimod de la
à Reynière poursuit de son << amitié >> enflammée ·
M“° Mézeray. Sous la royaute, comme il n’y .
avait qu’u11 roi, il rfy avait guère qu’une favo- l
rite à la fois. Sous le Directoire, il y en a beau-
coup. Les cinq directeurs, les sept ministres,
tous les personnages i11ill1Gl]lJS,ï)1‘OVlHCl3,l1X pon-
cifs mais vicieux, sont incités à mal par l’exem­
ple de Barras et par les agaceries de Mm Tal-
lien . Ils succombent; les fournisseurs règlent la
note, et la France rembourse les fournisseurs.
·