HomeLe centenaire et la résurrection du directoirePagina 17

JPEG (Deze pagina), 569.02 KB

TIFF (Deze pagina), 4.07 MB

PDF (Volledig document), 17.54 MB

, ‘ mr LA nnsuaascrion nu nmmcromn is _ l
Pendant qu’à Pinterieur les partis de l’an IV ·
i se faisaient une guerre au couteau, le Directoire,
· à l’exterieur, traitait les Republiques << alliees »
comme le territoire national. Il les detroussait.
. Il y faisait nommer les magistrats politiques ou
1 judiciaires sous les bayonnettes françaises. En
@4) . Belgique, en Suisse, en Italie, on pillait, on ‘
1 ‘ brulait, en fusillait. L’or, l’argent, les lingots, .
les pierreries, les tapisseries, les meubles p
etaient requisitionnes dans les proprietes pri-
_ 'vees comme dans les proprietes pnbliques. Les
ll 4 musees, les monts-de-piete, les eglises, les cou-
rt _ vents, êtaient `impartialement devalises. En
, ' trois ans, deux milliards sont « conquis >> de la i
sorte sur les clients de 15 Republique. Chaque P
lg _ soldat, chaque chef, opere en même temps pour
lg I son propre compte, selon son grade. Rien qu’en q
` - Suisse, Rapinat et Houhiere ràilent chacun un ‘ P
, million; le general Duhem se ccntente de cent
{lorins par jour, argent ou marchandises. A `
' · Milan, dans l’espace de quatre heures, Massena
ä _ vide toutes les caisses publiques et le lV[ont­de­
‘ t P Piete; avec les diamanls du prince Belgiojoso,
’ sa nuit lui rapporte 4 .200.000 livres.
» Gent ans plus tard, l’Europe est refractaire à
ce traitement; mais on y soumet l’Afrique et
l’Asie: le sac du Palais d’ete se repete; chez
L tous les peuples de pcaux multicolores que nous
i civilisons par le fer et" par le feu, nous meri­ ­
il?
l -