HomeLa crise récente en Belgique et la question réligieusePagina 27

JPEG (Deze pagina), 0.98 MB

TIFF (Deze pagina), 8.05 MB

PDF (Volledig document), 28.12 MB

______,_,,,,,, ' _ _ _, _ _ - wm., ,.,,,,,,,M.l,.,..,,,..,,,,,, ...., .....,“.,..r- «.··i.«­~-,., .,,.. ,~.,«.....«·.s.;.·­ iv;. ‘·.ï’.<21<,.·,·,.­1.=«;.J»)'.;‘T’ï¤tfï’i';.($.ï:Y« `“lT.Z?I5C;»ïïJ·­T ,,_
il
.... Q7 .....
_ Cette redoutable dit’ticulte, que rencontre le liberalisme en
l tant que parti politique, poursuit aussi le libéral dans sa vie privee ,
et y suscite pour lui les plus cruelles épreuves. Le liberalisme est l
F une héresie, dit l’Eglise. Comme cela est littéralement vrai, le
libéral doit donc ou cesser de l’être ou. cesserd’être catholique. ·
ll ne reste alors au liberal obstiné que deuxissues: rompre avec
tout culte ou en adopter un autre plus en rapport avec ses convicy
. tions oliti ues. Cette derniere resolution exieerait eet attache-
, E
Cliement complet a la verite qu’a<.aient les hommes du xvrc
siècle. Dans une époque de relachement comme la notre, bien
peu auront ce courage. Beste la première issue : eelleelà est ' ,
facile en apparence. ll ne faut pas grand héroisme pour cesser
‘ _d’aller a la messe ou a confesse. ll sufiira au libéral de déclarer
qu’il ne s’occupe pas de la question religieuse. Il ira même P
jusqu’à reediter les sarcasmes de Voltaire contre « l’infame »,
· ou it propager les attaques contre les prêtres, les moines et les
petits frères dont les journaux de sa nuance sont remplis.
Toutefois, la question religieuse s’impose même a ceux qui ne
veulent as s’occu er d’elle. Elle ne les lache as elle les tient
7
par tous les actes de la vie. Et d’abord on n’arrache pas fa- ,
cilement de son coeur tout sentiment religieux, ainsi que le _
. montre Musset dans ces vers qu’on n’oublie pas. ,
- ï Malgré moi, l’inHni 1ne tourmente.
JG lliy S{lllI‘£llS SOIIQGP SHHS Cïilllltê Gil SZUIS CSp0ll`,
C Et, quoi qu’on en ait dit, ma raison s’épouvante
` De ne pas le comprendre et pourtant de le voir.
Qu’est-ce donc que le monde et qu’y venons-nous faire,
i Si, pour qu’on vive en paix, il faut voiler les cieux.
ï Le libéral se marie: sa iiancée exige la bénediction du pré-
naux religieux ont raison de dire que sur des eentaines de 1nille lecteurs qui devo-
rent régulierenient les journaux ineredules, les trois quarts sont catlioliques sans le
_ savoir. Il est certain qu`ils ne s'en doutent guere, paree qu’en et`t`et c’est dans leur
` constitution, dans leur teinperament lieréditaire, dans leur sang historique. Si _
r paradoxal que cela paraisse, la France de SD est également la France du Syllabus,et
tout cola. est la meine France. · ,
» Or, dans la doctrine du Syllabus, qui est la seule vraie doctrine catholique, la. 3
liberté est un inal ou plutot e'est le mal. Par consequent, le libre examen, les libres ` _ .
discussions, la libre interpretation sont condamnes à priori; par consequent, la presse,
, qui est la forme principale de toutes eos libertes, est un mal. Cette doctrine doinine
ä toute notre education nationale, toute. notre politique. » ‘
. er
A