HomeLa crise récente en Belgique et la question réligieusePagina 22

JPEG (Deze pagina), 0.97 MB

TIFF (Deze pagina), 7.98 MB

PDF (Volledig document), 28.12 MB

' ’_"'_"'_`Tj "` ""'_"f`" " ` ' """"­"`”`”""""'"‘T”""””"”""""""”`:""’L°"°`"` .
· ­- 22 -· ` ‘
reluse, non parce qu’il condamne le principe, mais parce
qu’il est inutile de proclamerl’evidence. ­
Robespierre repousse avec la plus grande energie la separa­ `
tion de l’Eglise et de l’Etat et même la suppression du salaire
des pretres. « Je m’attache a prouver, dit­il, que cette operation
est mauvaise en revolution, dangereuse en politique, et
qu’elle n’est pas même bonne en ünance. Le catholicisme ne peut
être un danger, car il ne reste plus guère dans les esprits que ces
dogmes imposants qui prêtent un appui aux idees morales et la
doctrine sublime et touchante de la vertu et de l’egalite que le ­
i fils de Marie enseignajadis à ses concitoyens. Attaquer direc-
i tement ce culte, c’est attenter à la moralite du peuple. » Quand
Piobespierre dit que la religion est le fondement necessaire de ,
Q la moralite et que l’Evangile ne peut que favoriser l’etablisse­·
V ment de la democratie, il a raison; mais quand il confond. la f
ë doctrine de Jesus avec celle de l’Eglise de Home, il assimilc 4
, deux choses, non seulement dissemblables, mais opposees. L
Le disciple de Voltaire, Camille Desmoulins, se defend avec 1
sa vehemence habituelle du reproclie qu’on fait a la Revolu~ `
_ tion d’attaquer le catbolicisme. « Je vous l’ai dejà dit, mes tres _
E chers frères, ne dirait­on pas qu’0n supprime quelques sacre~ ,
ä ments comme ont fait Luther et Calvin. Rien de tout cela; pas
une procession, pas un pain bénit de supprime. L’Assemblee ·
nationale n’a pas seulement retranche un Alleluict. »
Même le droit des citoyens de ne pas concourir à prendre ,_
part aux cerémonies d’un culte ou à lui donner des temoignages
exterieurs de respect, ce droit inscrit dans toutes les constitu-
tions modernes, est conteste par Camille Desmoulins: << Je
' crains, dit-il, que Manuel n’ait fait une grande faute en provo· '
quant l’arrête contre la procession de la Fête­Dieu. ­- Mon
cher Manuel, les rois sont murs, mais le bon Dieu ne l’est pas
gi encore. » Et il ajoutait: << Si j’avais ete membre du conseil
municipal, j’anrais combattu cette mesure avec autant de cha-
leur qu’eut pu faire un marguillier. » Cette mesure portait­elle
atteinte au catliolicisme ‘? Nullement, elle permettait seulement s
i _ aux citoyens de ne pas decorer leurs maisons sur le passage de `
la procession.