HomeLa crise récente en Belgique et la question réligieusePagina 20

JPEG (Deze pagina), 0.98 MB

TIFF (Deze pagina), 7.90 MB

PDF (Volledig document), 28.12 MB

‘ ·- 20 ­-­
Comment les lilneraux belges pourront­ils croire, malgre les
alürmations eloquentes et repetees de leurs adversaires, que f
l’Eglise et les vrais catholiques accepteront deünitivement et
é sincèrement les libertes modernes, tant qu’on n`aura pas efface
ll des murs de la Sala reale, au Vatican, les tableaux que Gre-
lg goire Xlll y üt peindre par Vasari, en l’l1onneur de la Saint-
lglartlielemy, et tant qu’on pourra répéier ce mot sanglant de
Stendalil à ce sujet: « Le palais des Papes est le seul lieu du
monde ou l’assassinat est publiquement honore. >>
De ce qui precede resulte que la lutte politique en Belgique
, est, au fond, une lutte religieuse; situation tragique et grave, . .
qu’on retrouve, en certaine mesure, dans tous les pays catholi- '
ques ou le clerge ne domme pas completement. Dans ses pro-
grammes officiels, le liberalisme, il est vrai, repousse energique­
lti ment l’accusation de combattrele dogme. Le principe qu’il defend
` " est « Findependance du pouvoir civil ». Il respecte tous les v
cultes ; il ne veut en molester ou favoriser aucun. Et, neanmoins,
i lisez les journaux liberaux, et notamment celui qui represente
, le plus fidèlement les idees du liberalisme, la Flcmdre libe-
lpl mle : Le clerge, ses moeurs, sa foi sont attaques, chaque jour,
_ avec une energie sans egale et avec toutes les armes que fournit
l’erudition, la jurisprudence et Yanalyse des faits quotidiens.
Comment en serait­1l autrement? Le liberal dit : J e ne m’oc-
cupe point de dogmes ; mais je veux, a tout prix, deï<­mdi­e nos
libertes. Or, le dogme condamne ces libertes, et, pour arriver
lb; al les supprimer, quand il aura detinitivement triomphe, le `
? dogme se fait une arme des sacrements. Comment le liberal ne
serait-il pas amene, malgre lui, a s’en prendre et au dogme et L
‘ aux sacrements?
Qi, Pour mieux faire saisir cette contradiction, qui est au fond
de notre situation, et même de la votre, je citerai quelques i
g paroles de l’un de nos orateurs les plus clairvoyants et les plus
L ecoutes, M. Bara, qui a ete, a difïerentes reprises, ministre de la
., justice. Dans un rapport à la Federation des associations libe- `
rales, M. Bara disait: << Sur quel dogme les catlioliques et les
{ liberaux sont­ils en desaccord? Quel interêt ceux-ci peuvent- •
ils avoir à combattre la religion? Ils ne peuvent, en vertu
4