HomeLa crise récente en Belgique et la question réligieusePagina 19

JPEG (Deze pagina), 0.98 MB

TIFF (Deze pagina), 7.91 MB

PDF (Volledig document), 28.12 MB

l
·?
l .
Z ­­-­ 19 ­­-­
l particulier, le 227C qui autorise la liberte de la presse, et ouvre la porte à
_* une iniinité de desordres, à un déluge d’écrits anti­clirétiens et anti­catho­
liques. Il nous sufüt d’avoir prouve que la nouvelle loi fondamcntale contient
ä plusieurs articles opposés à l’esprit et aux maxiines de notre sainte religion, et ‘
§ qui tendent évidemment à opprimer et à asservir l’Eglise de J .-C.; que, par
consequent, il ne peut être permis aux tidèles catholiques de s’engager par
l scrment et les observer et à les maintcnir. .
Q (Suivent Zes signatures).
Les vicaires generaux de Gand avaient adresse au congres de
E Vienne un mémoire ou ils réeiamaieaet l’interdiction complete
de tout culte dissident. Le roi Guillaume pouvait exercer le
E culte du Taciturne « dans l’enceinte de son palais »; mais il . _
z devait lui être interdit d’eriger un temple ailleurs. Apres la
i promulgation de la Constitution, l’eveque de Gand, le prince
" Maurice de Broglie, publia une instruction pastorale, dans
# laquelle il defendait aux {ideles de preter serment à la Consti-
`·" tution, parce qu’elle consacrait la liberte de conscience : U
« L’accepter, disait­­il, serait approuver le principe de la liberte
p religieuse que le pape Pie V ll a condamne à diverses reprises,
ct notamment en 1808. « On entend, dit le Pape, que tous les
f » cultes soientlibres et publiquement exerces. Cela est contraire
» aux Canons et aux Conoiles, contraire à la religion catholique
>> et au honheur de l’Etat par les 1`unestes consequences qui en · ‘
» resultent. » lfevêque de Gand avait raison. En el`l`et,
qnand la tolerance religieuse fut proclamee, pour la pre-
i miere fois en France, sous le cardinal de Lomenie, Pie V I,
` dans l’allocution du 26 septembre 1791, la condamna haute-
1 ment dans les termes suivants : « A peine ce personnage
(Lomenie) eut­il ete appele par le roi zi remplir la charge de
premier ministre, quoiqu’il eut ete averti par nous de se
g mettre en garde contre les entreprises des lieterodoxes, qu’il _
lui est arrive, peu de temps apres, de retablir l’Edit de Nantes
· 1 sur la tolerance des heretiques, Edit ruineux et funeste, qui a
ete la source principale des maux qui dechirent aujourd’hui et `
houleveigsent le royaume et la religion, Edit, qui, des son ori-
gine, a ete, pour ce motif, reprouve par le Siege apostolique et ·
que Lomenie lui­même, de son propre aveu, et tout le clergé
. de France, avaient trouve delestalile. »