HomeLa crise récente en Belgique et la question réligieusePagina 16

JPEG (Deze pagina), 0.98 MB

TIFF (Deze pagina), 7.91 MB

PDF (Volledig document), 28.12 MB

W" W """""" Y C ` Cv vv V i ' ii', I
_ g
ge ‘ -· lli -­­
lire 1856 vint dénoncor au monde « cet attontat abominablo
destinéa corrompre les peuples et à déraciner la sainte reli- >
·i oion ad o ulorum mores animos ue corrum endos ac domste- J
; P7 7
ä bilem, toto/M·imctmq·t¢o indiyiwentismi poslem ywopaganclam. »
1;.; Mais nous n’avons pas liesoin de consulter des documents
étran€>‘ers. Il suflit de ras eler les ori¤"ines de la Constitution
lo ¤ ra
êm belge. Quand, apres la chute de l’empire francais, le roi Guil-
B laurne voulut proclamcr en Belgique les libertésrnodernes dont
, l ouissart de uis lonetem s la Hollande le clerwe cornmenca
_ , .l o > z; 0
çïil contre cette constitution « hérétique, impie, >> une agitation si
gil? formidable etsi bien conduite qu’il parvint a la faire rejeter
"C , ar Vassemblée des NotalJles.Au nom des doctrines de l’E¤lise
ic , p F) ’
il anathématisa dans un acte solennel signé par tous les évê­
ques belges, les libertés que la constitution proclamait. L’abso­ i ;
> ‘ . . . . . . . .­l. . . . . è
{ lution etaitrefusee a ceux c ui uraient tidelite a cette constitu- i I
i l
tion. Ce document est de la plus grande importance. Non seu- 3
lement il ex li ue la violence ue met le arti libéral beloe
­. D
§ à. combattre l’iniluence du clergé, mais, les principes de l’Eglise
‘ étant partout les mémes, il nous fait voir aussi d’ou vient cette
l_ lutte étranoe et Jres ue contre nature des eu les contre leur
. E J 7
l " propre culte, qu’on constate en France, en Italie, en Espagne,
dans presque tous les pays catholiques. Je crois donc très
utile de donner d’assez longs extraits de ce Jugement doctrine!.
al . . . . , . .
eïï Tout ministre. tout de ute tout senateur devrait l’avo1r sur
, 3
i son pupitre. Voici comment parlait Vépiscopat belge, ex- {
·l7i
g cathedrct, et avec Vapprobation du Sa1nt­S1ège :
i.
« .C’est donc pour remplir un des devoirs les plus essentiols de l’épiscop­at,`
pour nous acquitter envers les peoples, saw Zesqueis le .S'omt­.Esprit nous a
élablis évêques pour gouvemer l’Eglise de Dieu (Act. 20 v. 28), de l’obliga­ E
lg, tion qui nous a été strictement imposéo par l’Eglise, que nous avons jugé K
nécessaire de déclarer u’aucun do nos diocésains res ectifs ne eut sans ·
CI P P ,
trahir les plus chers intérêts do sa religion, sans se rendre coupable d’un
grand crime, prêter les différents serments prescrits par la Constitution, par _
g lesquels on s’engage à maintenir la nouvelle loi fondamentale, ou ii concourir
jp au maintien et á Pobservation de ladito loi.
» En effet, on s’oblige, par lesdits serments, à observer et à maintenir tous
C, les articles de la nouvelle Constitution et, par consequent, ceux qui sont
_ ‘ opposés à l’esprit et aux maximes de la religion catholique, ou qui tenrlent
_, évidemment à opprimer et à asservir l’Eglise de J .-C.
ti
ïi
rg: nl ’ o c