HomeLa crise récente en Belgique et la question réligieusePagina 13

JPEG (Deze pagina), 0.99 MB

TIFF (Deze pagina), 7.93 MB

PDF (Volledig document), 28.12 MB

‘ * , ­­­ 13 ­­
· Quant à la conscience, c’est une force; mais detachee de
. l’idee de Dieu, c’est-à-dire d’un type absolu du Bien, comme
elle est vacillante et faible! D’ailleurs, la conscience n’est que i
. la voix de la morale en moi. Si la morale me dit que je n’ai qu’à i
poursuivre le plaisir et à l’emporter dans « la lutte pourl’exis­» ,5
· tence », ma conscience ne me blamera que si je neglige les i
occasions de le faire. Le bien et le mal, tout est relatif si la ”
matière seule existe: je deviens centre et but; j’y sacrifie le t
4 reste. Ces mots même n’ont pas plus de sens pour moi que
pour l’animal: il ne reste que la poursuite de la jouissance et
du bien­être. Voyez comme la conscience se fausse et s’endort .
quand a disparu le sentiment religieux. Cr0yez­vous que le
fripon, enrichi des depouilles de ses victimes au moyen desquel­
* ` les, dans nos grandes capitales,il se procure tous les plaisirs, soit
souvent trouble parles reproches de sa conscience ‘? Le matin les
. affaires, l’aprês­midi la promenade au bois, puis un joyeux diner,
l’opera, un souper galant: ses heures sont si occupees qu’il ‘
n’a pas le loisir d’avoir des remords. Si vous lui en parliez, il " j
repondrait par un sourire qui voudrait dire: phrase creuse,
S lieux communs de rhetorique, qui n’ont plus de sens aujour-
d’hui. La conscience n’a que faire chez lui: il n’a pas le temps
de lui donner audience. '
Admettons que la morale puisse se soutenir sans fondement
religieux; en fait, aujourd’hui, pour la grande masse des
, hommes, c’est par l’enseignement de la religion que se donne FX
celui de la morale. Les ministres des cultes sont les seuls j _
. qui parlent au peuple de devoir et de moralite. Bannissez­les i
de l.’ecole, comme vous devez le faire pour defendre les libertes
necessaires, Penseignement moral est banni du même coup.
- Visitez les etablissements d’instruction moyenne, cherchez la
place qu’y occupe la morale, et comparez, sous ce rapport, ‘
l’education de notre epoque avec celle qui se donnait, par le
stoïcisme, au temps de Perse et de Marc-Aurèle : quelle inte- E
riorite chez nous, quelle inquietante lacune !
Ce que j’ai voulu demontrer se resume en ceci: En realite, ‘
aussi longtemps que le positivisme ou le materialisme n’auront
pas change les conditions actuelles, la religion est la base de