HomeHet karakter der onafhankelijke theologiePagina 68

JPEG (Deze pagina), 1.03 MB

TIFF (Deze pagina), 10.21 MB

PDF (Volledig document), 100.79 MB

i .
j i 27 ·
leerstoel voor het bureel van den journalist heeft ingeruild, wat
hij - wij durven het vermoeden uitspreken , - wellicht niet zou
hebben gedaan, ware die leerstoel een universitaire en niet
een seminaristische geweest. Wij willen zijne schoone taal niet
door eene vertaling verzwakken. ,,La theologie - zoo schrijft
Edmond Scherer in eene kritische studie over Ernest Renan
’ (") ­ la theologie que l’on iregarde volontiers comme la plus
• etroite et la plus sterile des sciences , en est, an contraire , la
plus etendue et la plus feconde. Elle conüne à toutes les
etudes et touche a toutes les questions. Elle renferme tous
`les elements d’une instruction liberale. Elle initie l’esprit à
` des recherches qui ne se font ailleurs ni si naturellement, ni si
complètement. La theologie n’exige pas seulement la connais-
sance des langues classiques, elle conduit Ei l’etude d’une des
branches les plus interessantes de la philologie orientale. On
' se trouve place en face d’écrits également importants par leur ·
antiquite, leur caractëre propre et le röle qu’ils ont joue dans
les destinees de l’humanite. Il s’agit d’en constater l’àge , d’en
‘ établir l’authenticite, d’en determiner le but et le caractère. i
L’interpretation de ces ecrits soulève les questions les plus
¥ delicates , celles qui concernent. les manuscrits et leurs variantes,
les textes et leur constitution , le vrai sens de tel passage, la `
, vraie portee de tel enseignement. La theologie acquiert ainsi
i la precieuse habitude de manier des documents originaux et
de puiser aux sources mêmes de la tradition. L’explication
" des livres saints n’est, d’ailleurs, qu’une branche de la science
r qu’elle cultive. L’histoire de l’Eglise en est une autre, et l’his­
j toire de l’Eglise c’est l’histoire du monde moderne. Vient
­ : enfin le système des doctrines morales et religieuses qui com- `
posent encore aujourd’hui les croyances de la chretiente. Pour
g, lors on est en pleine metaphysique et l’on aborde ce que la
i speculation humaine ·a de plus óleve et de plus profond. C’est
E _ ainsi que le theologien, pour peu qu’il comprenne sa tàche