HomeDestruction de quelques monuments d'ancienne architecture militaire à MaestrichtPagina 3

JPEG (Deze pagina), 770.99 KB

TIFF (Deze pagina), 7.07 MB

PDF (Volledig document), 6.55 MB

f -
J ·
./' ,, ""
DESTRUGTION DE QUELQUES DIONUNIENTS ‘
9 • s i • o u
alllnciemie l¤·cl aiäeela¤r ltlalitnxre
' 1 ü ( ·
A
MAESTEtïCI?ïT..
(EXtrait des Publicrráioizs de Za Sociéázi Msáozdqzzc wi m·cMOZ0giqm»
{Kans le Ducké (Ze Lixzzöomy, tonie VI.)
Le démantèlement de la forteresse de Maestrielit a été l’occa­
sion de nombreuses démarelies de la part du Comité de notre So-
ciété. Dans l’intérêt de Parchéologie et de l’liistoire, il y avait
un triple devoir il accomplir: il fallait d’abord tàelier de sauver
de la destruction les construetions inilitaires qui oftraient un inté-
rêt réel: ensuite soigner qu’on conservàt au moyen de plans et de
dessins le souvenir des `oatinients qui seraient rasés: enfin obtenir
que les objets remarquables qui seraient déeouverts pendant les
travaux de démolition, fussent déposés dans le inusée de la Soeiété.En
etïet, il était de la plus haute importance de rassembler , au pro-
fit de l’histoire de l’art militaire au 1noyen­àge, tous les rensei­
gnements qu’on ne pouvait manqner d’obtenir en suivant atten-
tivement les travaux de déinolition d’une vieille forteresse, qui
seule dans les Pays­Bas pouvait eompter un nombre de 9 portes
et poternes et de 32 tours datant du X10 au XVG siècles!
Les démarelies du Comité pour la conservation de quelques
monuments n’ont malheureuseinent pas abouti. On avait compris
qu’il fallait faire la part du feu, et qu’il était inutile de deman-
der au Gouvernement la Conservation d’une partie des murailles,
ou d’une des portes situées sur la rive gauelie de la Meuse. Les
changements sueoessitïs que les eonstructions avaient suliis, leur
avaient enlevé leur earaetère primitif , et il était impossible
d’épargner une des cinq portes de Maestrieht sans entraver la
eireulatioir Du reste les portes de Bois-Ze­])zec, de Tovzgres, de
St. Pierre, et de Not)?-Jlzwzrc avaient eoinplètement cliangé d’as­
peet par suite de réparations, que l’etïet des bombes et les pro-
grès de l’art militaire avaient néeessitées plus d’une fois, et la
porte de lhaxalles enterrée sous un bastion n’offrait plus que les
ruines attestant la vigoureuse défense de 1579.
ll n’en était pas de même sur la rive droite. La porte dldix