HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 98

JPEG (Deze pagina), 615.83 KB

TIFF (Deze pagina), 3.99 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB


- 96 LES POURPARLERS DIPLOMATIQUES
j d’autres attachés militaires au sujet de notre (état militaire)
L armée. Il précisa ensuite ses données numériques concer­ · Q
5 nant les forces anglaises; nous pouvions compter que, en
§ 1 I2 ou 13 jours, seraient débarqués : 2 corps d’armée, Z; bri-
gades de cavalerie et 2 brigades d’infanterie montée.
{ Il me demanda d’examiner la question du transport de ces
­· forces vers la partie du pays ou elles seraient utiles et, dans
jj ce but, il me promit la composition détaillée de l’armée de j
débarquement. F
li Il revint sur la question des cffectifs de notre armée de H
1 campagne en insistant pour qu’on ne fit pas de detachement `
f de cette armée à Namur et à Liege, puisque ces places 6
_ étaient pourvues de garnisons suffisantes. i
1 Il me dexnanda de fixer mon attention sur la néeessité de il
2 permettre à l’armée anglaise de bénéficier des avantages j
li prévus par le Reglement sur les prestations militzrires. En in, P
1l msista sur la question du commandement supreme. ll
l Je lui répondis que je ne pouvais rien (répondre) dire
quant à ce dernier point, et je lui promis un examen
attentif des autres questions.
=$*#
( Plus tard, l’attacl1é militaire anglais confirma son estima- 1
l tion precédente : I2 jours seraient au moins indispensables
V our faire le débarquement sur la cote de France. Il faudrait 1
jg iieaucoup plus(1 à2 1/2 mois) pour débarquer 1oo.ooo hommes ·
tt à Anvers. Q
Sur mon objeetion qu’il était inutile d’attendre l’achève­ ïl
l . ment du débarquement pour commencer les transports par
ï chemin de fer, et q11’il valait mieux les faire au fur et à l
p mesure des arrivages à la cote, le lieutenant-colonel Barnar­ M
§ diston me promit es données exactes sur Yétatjournalier du E1
E J débarquement. Q
Quaut aux prestations militaires, je lis part à mon inter-
l ·' locuteur que (bien que le Reglement füt muet pour les pres-
t tations à des troupes alliées,) cette question serait facilement
t z réglée. lg
•«*·• E
f ; A mesure que les études de l’Etat­major anglais avangaient,
i` les données du probleme se précisaient. Le colonel m’assura
, que la moitié de l’armée anglaise pourrait être débarquée en K
T L 8 jours, et que le restant le serait à la lin du 12** ou I3°_]OllI‘, [
' L sauf Yinfanterie montée sur laquelle il ne fallait compter que
plus tard.
lt 1,
ll l
l