HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 86

JPEG (Deze pagina), 728.53 KB

TIFF (Deze pagina), 3.96 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

tv
84 LES POURPARLERS DIPLOMATIQUES l
l’An leterre dans la uerre actuelle. L’all`ectation d’indi na- ·
, _ 9 , , 9
g tion morale, avec laquelle lentree des Allemands en Bel- I
Q g1que a été exploitée par les Anglais pour déterminer chez
les neutres un état d’esprit hostile à l’Allemagne, s’éclaire à I
nouveau, et d’une fagon or1g1nale, gràce à certains documents
E que l’Zl(§llllllllSlI‘{ll»l(£I1 de l’armée allemande a découverts dans
è les Archives de l’latat-major belge à Bruxelles.
E Il ressort du contenu d’un carton portant la suscription :
<< Intervention an laise en Bel 1 ue >> * ue dès 1 06
, . . , 9q... >.q· .9.> ·
, lenvoi en Belgique d un corps exped1t1onna1re anglais etait
cnvisagé (pour le cas d’une guerre germano-française. D’après ‘
un écrit u xo avril xgoö qu’on a trouvé et qui, était adressé F
. au ministre belge de a Guerre, le chef de l’Etat­major, de
concert avec l’attaché m1l1ta1re anglais qui était à ce moment- H
là à Bruxelles, le l1eutenant­colone Barnardiston a élaboré à
. . . . . ’ . ’ ti
{ l’1nst1gat1o11 de ce dermer et dans plus1eurs entretiens, le i
Q plan détaillé d’opérations qu’un corps expéditionnaire anglais
l de 100.000 hommes deva1t entreprendre en liaison avec l
V l’armée bolgercontre l’Allemagne. Le plan reçut l’approbation ’
, du chef de l’Etat­ma_]or angla1s, le ma_]or général Grxerson.
ii
(1) Dans Particle de la Norddeulsclze Allgemeirze Zeiáung du 25 no-
vembre 1914, publié en même temps gue le l`ac­s1m1lé des documents, il [
n’est plus question de la suscription : « ntervention anglaise en Belgique », lj,
` attribuée au carton (Mapfie) renfermant les documents ; l’on y dit que la V
chemise du dossier (Umsc ilag) ou les documents furent découverts portait l
' comme suscription : « Conventions anglo­belges. » (Voir fac­similé, p. 102.) F
Y a­t-il là une contradiotion, comme 1 ont dit certains critiques (Ct`. E. Ban- 1
Nm, Les Calomnies allemarzdes, Paris, Hachette, 1g15) qui ont cru y trouver
des raisons de douter de Pauthenticité de la mention « Conventions anglo- _
bel es > ?
Lçés oiganes de la propagande allemande ont manifesté, en général, si peu
` de respect pour Yintégrite des textes et documents, que l‘on a sugct de se
montrer ci priori extrêmement circonspect à l’égard de tout ce que publie
l’Allema ne.
1 Toutcfgis le Gouvernement belge manquant, par suite des circonstances,
du moyen de controler matériellement les afiirmations de la Norddeutsche
Aligemeizze Zeidzmg, il nous est impossible de nous prononcer avec assu­ I
rance sur Pauthenticité des mentions alléguèes comme figurant sur la che- I
mise du dossier et sur le carton. _ _ _ _ _
` La Norddeutsche Aligemeine Zeitung a donne Yexphcation c1­apres : la
mention Interoention anglaise en Belgique figure sur le carton (Mgppe) ‘
eontenant un ensemble des pièces; es pièces publiées en fac-simile et
traductions étaient contenues dans une chemise s éoiale, ortant elle-
y _ P P
même la suscription Conventwns anglwbelges. _ _
Dans cette hypothese, il n’y aurait pas de contradiction formelle entre
l’article du 13 octobre et l’art1ole du 25 novembre igxl, de la Norddeutsche
Allgemeine Zeiiung. _ _ _ _
Agoutons en outrc ·- toujours a t1tre documentaire, -­_que M. E. Brunet
eroit pouvoir émettrc des doutes même sur Pauthenticite de l’écr1ture de
la mention Conveniions an l0­be!ges; il tire ses arguments de Panalyse
graphique: le g du mot belges serait, d’après lui, un g allemand.
tl