HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 84

JPEG (Deze pagina), 608.45 KB

TIFF (Deze pagina), 4.00 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

l`
I LES POUBPARLERS DIPLOMATIQUES j
E de semblables visites qui avaient fait naïtre Pinquiétude, l
J mais bien plutót les commentaires de la presse se rattachant
­‘ à ces toasts. ··- Cette fois encore, ces commentaires n’avaient
pas fait défaut, on avait même répandu le bruit de la pré­
' tendue conclusion d’une convention navale russo­anglaise.
gj M. Sazonofï releva cette phrase et dit avec mauvaise
5 humeur ue pareille convention n’existait que dans l’imn­ I
jj gination du Berliner Tageblait et dans la lune. i
f 1
F X i
j ...juillet 1914.
i J’ai l’honneur de transmettre ci­contreà Votrc..., etc. j
copie d’une lettre écrite par l’aide de camp d’un grand­duc t
aetuellement en séjour ici et adressée de Pétersbourg au l
?rand­duc à la date du 25 courant. Il m’a été loisible de j
aire déjà sur les principales idées qu’elle contient un rap- jl
E port télégraphique. Cette lettre, dont j’ai eu connaissance par jg
l un moyen confidentiel, prouve, si vous me permettez l
i- d’exprimer mon avis, qu’en Russie on est décidé à la
[ guerre depuis le 2á courant.
l E
j Ammxx: p
i 12/25 juillet, Pétersbourg.
Il y a eu à Pétersbourg parmi les ouvriers de graves rl
désordres qui ont étrangement coïncidé avec la présence des
Francais chez nous et avec l’ultimatum de l’Autriche á la
Serbie. .l’ai appris hier par l’agent militaire français, le je
général de La Guiche, qu’on lui avait dit que l’Autriche L
n’etait pas innocente de ces troubles. Mais à présent la situa- {
tion devient rapidement normale. Il me semble, qu’enc0u­
ragé par les Français, notre Gouvernement a cessé de trem-
bler devant les Allemands. Il était grand temps! Il vaut
mieux, une bonne fois, s’expliquer nettement, que continuer Q
éternellement à se dissimuler derrière les « mensonges pro- g_
fessionnels » des diplomates. L’ultimatum de l’Autriche est
d’une impudenee inouïe, comme le disent unanimement tous
les journaux d’ici. Je viens de lire le journal du soir : Hier gt;
il y avait séance du Conseil des ministres; le ministre de la l
Guerre a parlé avec une grande énergie et a confirmé que la *
Russie est prête à la guerre : les autres ministres se sont
pleinement ralliés à lui; c’est dans cet esprit que l’on rédi-
gea un rapport à l’Eni‘pereur, lequel rapport fut approuvé le g.
soir même. -­ Aujour ’hui on a publié dans l’Invnl1r!e rzzssv J
i