HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 81

JPEG (Deze pagina), 576.84 KB

TIFF (Deze pagina), 3.96 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

M SECOND LIVRE BLANC ALLEMAND
caractère et los methodes de Sir Edward Grey n’admet·
Q tront pas un instant que la déclaration faite par lui se pro-
pose de voiler la vérité.
‘ VII
juin igiá.
On a éprouvé ici et á Pétershourg un grand soulagemenl
, à eonstater que la déclaration faite par Sir Edward Grey á
t la Chambre des Communes au sujet de l’entente navale
l russo­anglaise avait été si facilement admise par l’opinion
Q publique anglaise. Ceux qui tiennent les fils de l’action
Q craignaient déjà que le beau rêve d’une nouvelle Triple
9i Alliance ne se füt évanoui.'Au surplus il m’est difficile de
§ croire qu’il füt réservé au seul Mazzchester Guardian de
` percer á jour l’artiIice dont s’est servi Sir Edward Grey,
lequel, esquivant la question de savoir si des pourparlers
avec la Russie sur une entente navale étaient en perspective
ou en voie de réalisation, répondit négativement à une
l question qui ne lui était pas posée sur des engagements qui
lieraient l’Angleterre au point de vue de sa participation à une
j guerre européenne. Je suis plus disposé á croire que dans
l cette occurrence la presse anglaise a donné une preuve
l nouvelle de sa discipline bien connue dans la discussion des
i questions de politique étrangère et a garde le silence, soit
S sur un mot d'ordre, soit par instinct politique.
V A. quelles critiques et à quelsblàmes de la part des repré-
2 sentants du peuple allemand et de la presse allemande le
Gouvernement impérial ne se serait­il pas exposé et quelles
criailleries s’élèveraient contre notre politique extérieure et
nos diplomates, si pareille déclaration avait été faite au
Pieichstag. Dans la parlementaire Angleterre chacun se tait
quand un ministre cherche de façon si manifeste à induire
en erreur son propre parti, les représentants du peuple et
, l’opinion publique du pays entier. Quels sacrifices l’Anqle­
terre ne consentirait-elle pas à faire à sa germanophobiel
t
VIII
ä juin rgili.
. C’est d’un milieu qui a conservé ses anciennes sympathies
pour l’Allemagne que _j’ai reçu, avec la prière d’0bserver la
( plus stricte discrétion, les notes ci­incluses concernant une
g ronférence qui a eu lieu le 26 mai dernier chez Ie chef de
i