HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 79

JPEG (Deze pagina), 585.43 KB

TIFF (Deze pagina), 3.91 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

li
ër

s1sCON1> LIVRE BLANC ALLEMAND 77
de donner des assurances destinées à calmer les appré­­
hensions qui, dans les derniers temps, se sont encore fait
jour en Angletcrre au point de vue de l’avcnir de l’Indo.
‘ï
IV
juin xgxq.
`F A Pétersbourg et à Londres on est très alarmé par des
indiscrétions françaises concernant la convcntion navale
t russo­anglaise. Sir Edward Grey redoute des interpellations
C au Parlement. L’attacl1é naval, capitaine Wolkow, qui a
P passé quelques jours à Pétersbourg, sans doute pour
recevoir des instructions au sujet des pourparlcrs, est revenu
à Londres. Les pourparlers sont engagés dès maintenant.
á
juin xgxá.
A la Chambre des Communes, un groupe ministériel posa
au Gouvernement cette question : la Grande­Bretagne et la
Xl Russie ont­elles conclu récemment une. convention navale, et
des pourparlers en vue _de la conclusxon d’une entente de
ig cette nature ont-ils eu lieu il y a quelque temps entre les
ig deux pays, ou bien ces négociations sont-elles présentement
gg en train? Pour sa réponse, Sir Edward Grey se référa à des
t§ questions analogues posées l’an dernier au Gouvernement.
rg A ce moment le remier ministre, poursuivit Sir Edward
Grey, aurait répondju qu’il n’existait, en vue de Péventualité
P d’une guerre entre les puissances européennes, aueunc
l entente non publiée qui düt limiter ou entraver la liberté de
résolution du Gouvernement ou du Parlement sur la ques-
P tion de savoir si la Grande-Bretagne devait prendre part zi
r une guerre ou non. Cette réponse était aujourd’hui aussi
i juste que l’année précédente. Depuis lors on ne se serait
‘ engagé avec aucune puissance dans une négociation quel-
_ conque qui put rendre moins juste la déclaration en question :
_ il n’y avait point, disait­il, de pourparlers de ce genre en
’ train; et, autant qu’il pouvait en juger, il n’était pas vrai-
X semblable qu’on s’y engageàt : mais, s’il devait être conclu
un accord quelconque qui obligeàt le premier ministre soit á
retirer, soit à modifier la susdite déclaration faite par lui
YT l’an dernier, il faudrait à son avis ­- et c’est bien ee qui
arriverait - que cet accord füt soumis au Parlement.
La presse anglaise dans sa grande majorité sfabstint de
ii?
U