HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 75

JPEG (Deze pagina), 634.53 KB

TIFF (Deze pagina), 3.91 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

SECOND LIVRE BLANC ALLEMAND
mise à sa disposition comme base pour sa flotte. Les détails
‘ concernent l’emploi des flottilles de torpilleurs et de sous-
w marins français, et de l’escadre britannique de la Méditerra·
· née qui à la déclaration de guerre serait commandée par
l’amiral français.
; Entre temps survint la crise marocaine de 191 1, au cours
de laquelle le Gouvernement anglais se révéla comme un
instrument privé d’esprit critique autant que docile de la
politique française et éveilla par lc discours de Lloyd George
des espérances nouvelles chez les chauvins français : l’atti-
tude qu’il adopta alors fournit au Gouvernement français le
moyen pour enfoncer un nouveau clou dans le cercueil dans
lequel la politique de l’Ente11te a enseveli la liberté de deci-
V sion de l’Angleterre.
Une information particuliere me met au courant d’u11
échange de notes qui eut lieu Van dernier, en automne,
entre Sir Edward Grey et Vambassadeur Cambon et que j’ai
l’honneur de vous soumettrc en le recommandant à votre
plus rigoureuse diserétion. Get échange de notes nous fait
voir les gouvernements anglais et français s’accordant en
prévision d’une attaque menaçante de la part d’une tierce
puissance pour procéder aussitóttà un échange de vues sur
ces deux questions : la néccssxté d’une action commune
s’impose­t­elle pour repousser l’attaque et, le cas échóant,
les accords militaires qui cxistent doivcnt­ils être appliqués
et dans quelle mesure?
La rédaction de ces conventions tient compte, d’une façon
subtile et judicieuse, de la mentalité anglaise. L’Angletcrre
n'assume aucune obligation formelle de fournir une collabo-
_ ration militaire. Le texte lui laisse toute liherté de n’agir
L toujours que d’une manière conforme à ses intérêts. Mais
que, par ces conventions, jointes aux accords militaires déjà
intervenus, l’Angleterre ait dès lors souscrit, en fait et sans
V recours, à l’idée de revanche française, á peine est­il besoin de
le démontrer.
Le Gouvernement anglais joue un jeu dangcreux. Par sa
politique lors des affaires hosniaque et marocaine, elle a
provoqué des crises qui deux fois menèrent l’Europe sur le
Q1 seuil de la guerre. Les encouragements qu’elle donne, d’une
façon continue, par voie directe ou indirecte, au chauvinisme
français, pourront amener un jour une catastrophc qui fora
payer, de leur sang, à des solclats anglais etfrançais sur des
champs de bataille français, la politique anglaise de l’eucer­
clement. I
Elle lève, la semence jetée par le roi Edouard.