HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 73

JPEG (Deze pagina), 669.11 KB

TIFF (Deze pagina), 3.89 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

iä SECOND LIVRE BLANC ALLEMAND 71.
lt intervint du cóté anglais. ll en revenait toujours à la
neutralité belge et affirmait que cette question Jouerait assu-
ll rément un role important. Il s’était aussi posé la question,
lg d1sait­il, s’il ne serait pas possible que nous et la France,
dans le cas d’une guerre russe, nous rest1ons les uns en face
des autres, l’arme au pied, sans nous attaquer. Je lui
demandai s’il était à même de me déclarer que la France
accepterait un tel pacte. Puisque nous n’avions l’intent1on
ll ni de détruire la France, ni de conquérir des terr1to1res,_]e
l pensais que nous pourrions consentir à un pareil arran-
­; gement, qui nous assurerait la neutralité de la Grande-
[ Bretagne. Le ministre me répondit qu’il s’informera1t.Il n’éta1t
pas sans reconnaïtre qu’il serait difficile de maintemr des
deux cótés les troupes dans l’inact1on. ia
li 3O A Sh 30 du soir :
*v « ...Mon information de ce matin est annulée par celle de ce
soir. Puisqu’il ne nous vient de l’Angleterre aucune propo-
sition ferme, il ne mc restera qu’à faire des démarches dans
le sens des instructions qu1 m’ont été données. »
Comme on le voit, ces télégrammes ne contiennent aucune
allusion à un malentendu ni à aucune explication que l’on
allègue, du cóté anglais, d’un prétendu malentendu (I).
(1) Le Gouvernement allemand se donne ici beaucoup de peine pour
essayer de démontrer le sincère amour de la paix qpi l'aurait animé jus-
qu’à la fin de la période qui précéda 1'ouverture des ostilités. Il se défend
contre le reproohe d'avoir celé un téléqramme dn prince Lichnowsky du
1« aout IQI[g et eherche à donner au ecteur inattentif l’imp1·ession que
toutes les pièces importantes lui ont été mises sous les yeux.
Il est bon de faire observer qu’il n’en est pas ainsi. Par exemple, en ce
. qui concerne la question capita e de la neutralité de la Belgique, le Gou-
vernement allemand reproduit le texte de la déclaration atloptee_à l’unani­ '
mité par le Cabinet ang ais. Mais il a soin de ne livrer sur ce sn_]et aucun
autre renseigneinent. Or, la question de la neulralité de la Belgique est une
de celles qui ont donné lieu au plus actxtécliaxige de vues entre les deux
gouvernemcnts. .lusqu’au dernier moment avant la déclaration de guerre
entre la Grande­Brelagne et 1’Allemagne, le Gouvernement allemand
essaya de donner le change sur ses intentions pour se ménager la neutra-
lité de l’Angleterre, qui était l'ob_jet de tous ses soueis.
On trouvera les pièces de Peclinnge de vues dont nous parlons, dans le
Livre bleu anglais (Pacns D’l­liST0lR n, fascicule 15).
Bappelons seulement le texte du télégramme adresse le matin du Z, aont
~ 1914 par le Gouvernement alleinand à son ambassadeur à Londres, prince
L1chnow_sl<y, et lu, le A aout après­1nidi, à la Chambre des Communes par
M. Asquith (Livre bleu anglais, p. 74) :
« Berlin, 4 aoüt IQIQ.
« Prière de dissiper tout sou on ui ourrait subsister dans l’es rit du
. . P9 _ Q P . . , . P ..
Gouvernement britanmque au suget de nos intennons. Repetez positive-
ment Passurance formelle que, même en cas de conilit armé avec la
Belgique, liAll6IllHQIl6 ne s’annexera du territoire belge sous aucun pré-