HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 72

JPEG (Deze pagina), 616.59 KB

TIFF (Deze pagina), 3.89 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

l
70 LES POURPARLERS DIPLOMATIQUES
pour pouvoir accuser l’Angleterre de perfidie et démontrer ti
l’amour de la paix de l’Allemagne. h
En réponse à ces allégations, nous établissons le fait que
ce télégramme n’existe pas. Outre le télégramme déjà ,ï
publié, parti de Londres à ri heures du matin, le prince E
iichnowsky a encore expédié le 1¤¤’ aoüt les télégrammes
suivants 2
¤<> A ik x5 après midi:
« ...Le secrétaire particulier de Sir Edward Grey est venu l
me trouver à l’instant, pour me dire que le ministre désirait M
ine faire des propositions concernant la neutralité de l’An­ fi
gleterre, même pour le cas ou nous serions en guerre á la
fois avec la Russie et la France. Je verrai Sir Edward Grey
cet après­midi et vous enverrai un rapport immédiat. » lj
2° A 5b 30 du soir :
« Sir Edward Grey vient de me lire la déclaration suivante
qui a été adoptée à l’unanimité par le Cabinet (traduction
du texte anglais) :
« La réponse du Gouvernement allemand concernant la
« neutralité de la Belgique est un sujet qui cause de vifs
<< regrets, puisque la neutralité de la Belgique affecte les sen-
« timents de ce pays. Si l’Allemagne pouvait trouver un
« moyen pour donner une réponse aussi positive que celle
« qui a été donnée par la France, cela contribuerait réelle­
<< ment à diminuer ici l’anxiété et la tension, tandis que
« d’autre part, s’il y avait violation de la neutralité de la
« Belgique par l’un des belligérants, pendant que l’autre la
« respecterait, il serait extrêmement difficile de modérer le i
« sentiment public dans ce pays. »
« Comme je demandais au ministre si, en supposant que
nous respections la neutralité belge, il pourrait me faire une
déclaration précise concernant la neutralité de la Grande-
Bretagne, il me répliqua que cela ne lui serait pas pos-
sible, mais que cette question jouerait un grand role dans
l’opinion publique anglaise. Si nous devions violer la neutra-
lité belge dans une guerre avec la France, il se produirait
assurément dans l’opinion un revirement qui rendrait plus `
difticile au Gouvernement anglais la tàche d’ad0pter une
neutralité bienveillante. Pour le moment, on n’aurait pas la l
moindre intention de nous manifester de l’hostilité. On l’évi­
terait autant qu’il serait possible. Mais il n’était pas
` facile, disait le ministre, de tracer une ligne de démarcation,
jusqu’à laquelle nous pourrions nous avancer, sans qu’on I