HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 61

JPEG (Deze pagina), 691.21 KB

TIFF (Deze pagina), 3.98 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

az
l
SECOND LIVRE BLANC ALLEMAND
l d’autres ouvrages d’art, l’Allemagne se verrait obhgée, à
SOD I‘CgT'Cl,, de COI1SldéI‘BI‘ le I‘Oy3Lll”I1C COIIIIIIC CHHCHII. DHIIS
ce cas, l’Allemagne ne pourrait prendre à l’égard du royaume
aucun engagement, mals devratt S,CI1 remettre pourrlc règle-
· ment ultérxeur des relations réeiproques des deux Etats à la
{ décision des armes (‘).
(1) Cette dépêche constitue, en réalité, un ultimatum.
_' Elle fut remise, en texte allemantt, avec la mention « très conüdentiel »
á M. Davignon, ministre des Atfaires étrangères de Belgique, par M. von
Below­Saleske, ministre d’Allemagne à Bruxelles, le dimanche 2 aout
t 191l,,a 7 heures du soir. Voir le t`ac­similé de la première page de ce docu-
Q ·n ent historique dans l'&Kll)lltl1 La Belgique et lblllezuayue, par ll. Davignon
(Paris, Haehette, 1915, p. 8).
gg ll est ii remarquer que te texte oi-dessus qui est celui des Alctenslüc/re
;; n’est pas le texte intégral du télêgramme envoyé par M. von Jagow à
M. von Below-Saleske ; ce n’est même pas le texle complet de la « note très
conüdentielle » remise le 2 aout IQIA par M. von Below­Sateske au ministre
rl x »i.lll`CS étrailgères de Belgique (Voir p. 23 et suiv. le texte non trou-
gï HB
gg q ilgtexte est aussi tronqué dans 1’édition partielle Deutsches Weissbuch.
if, Le ministre d’Allemagne déclara à M. Davignon, e11 lui remettant l’ulti-
matum, qu'on fixait un délai de réponse de douze heures. En d'autres ter-
e mes, il n’était laissé à la Belgique pour traduire, délibérer et répoudre que
2 douze heures de nuit, temps calculé évidemment en vue de la priver de
?{ toute possibilité de négociation ou de consultation de ses autres garants.
La traduction officielle belge de Fultimatum, insérée uu premier Livre gris
tt belge, nu 2o. se ressent, dans son exactitude, de la hate avec laquellc il fal-
§ lut y procéder. _ _
Q La Belgique répondit dans le délai Iixé. La rédaction de la réponse etait
approuvee vers 3 heures du matin. Elle est datée de Bruxelles le 3 aoüt
lf 1914, 7 heures du matin. En voici le texte :
: « Par sa note du 2 aout 1914, le Gouvernement allemand a fait connaïtre
. äue, d'après des nouvelles sures, les forces françaises auraient Pintention
e marc er sur la Meuse par Givet et Namur, et que la Belgique, malgré sa
meilleure volonté, ne serait pas en état de repousser sans secours une
marche en avant des troupes franeaises. ‘
« Le Gouvernement allemand s estimerait dans 1’obli ation de prévenir
cette attaque et de violer le territoire belge. Dans ces condltiuns, l‘Allemagne
propose au Gouvernement du Roi de prendre vis­à-vis d’elle une attitude
amicale et s’engage au moment de la paix à garantir Pintégrité du royaume
et de ses possessions dans toute leur étendue. La note ajoute que, si la
Bel ique fait des dit`fi<·ultés à la marche en avant des troupes allemandes,
l’Al?6I!l3QH€ sera obligée de la, considérer comme e1111c1nie et de laisser le
1·’···len1ent ultérieur des deux Etats l`un vis­à­vis de l’autre à la decision des
. armes.
« cette note a provoqué chez le Gouvernement du Roi un profond et.
douloureux éton nement.
« Les intentions qu’elle attribue à la France sont en contradiction avec
les déclarations formelles qui nous ont été faites le 1<r aoüt, au nom du
Gouvernement de la République.
« D‘aiIleurs, si, cont1·airement à notre attente, une violation de la neutra-
lité belge venait à être eommise par la France, la Belgique remplirait tous
ses devoirs internationaux, et. son armée opposerait à. ’envahisseur la plus
vigoureuse résistance.
« Les traités de 1839 conürmés pur les traités de 1870 consacrent l'indé·