HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 57

JPEG (Deze pagina), 649.11 KB

TIFF (Deze pagina), 3.98 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

I
I
I SECONB LIVRE BLANC ALLEMAND
rendu en faveur de l’innocence de l'Allemagne : si les
diplomates belges eux­mêmes disculpent l’Allemagne
et rendent hommage à ses intentions pacifiques, qui
I oserait encore soutenir que c’est nous qui avons dé-
chainé le fléau sur le monde ? »
Le Gouvernement allemand, cependant, ne voit pas
que, s’il dit vrai, ces témoignages rendus apparemment
I en sa faveur et fondés sur la présomption de sa loyauté,
prouvent, par le fait même, que la Belgique ne pac-
I tisait pas, dans le même temps, avec les ennemis de
I l’Allemagne.
‘ A peine le lui a­t­on fait remarquer et s’est­il aperçu
I de sa bévue que le Gouvernement allemand revient
I précipitamment Ia sa première accusation. Mais comme
1l faut bien, malgré tout, essayer de la concilier avec
I les exigences de sa nouvelle these, il n’hésite pas, au
I mépris de ses propres déclarations, ­- dont il s’imagine
I peut­être qu’on a perdu le souvenir - à transformer
, radicalement l’inculpation originelle : désormais la
I Belgique sera encore coupable vis­à­vis de l’Allemagne,
I mais non plus d’une violation précise et caractéristique
de sa neutralité par conclusion d’un traité secret d’al­
liance olïensive avec la Triple Entente contre l’Alle­
magne ; elle sera seulement coupable d’une vague
I connivence politico-militaire se limitant à l’ordre intime
I des intentions ou des résolutions non écrites.
I I La these allemande officielle en est là présentement.
I Est­ce son dernier stade ? Rien n'assure que le cycle de
, I son evolution ait été entièrement parcouru et qu’elle
Q I ne subira plus de nouvelle métamorphosen. (i).
* I Au lecteur impartial de juger maintenant par lui-
I I -·-·
(1) Un collaborateur de la Frankfurter Zeitg (29 déc. 1915, 1. Morgenbl
F. S., analysant une etude du protesseur Ratligen parue dans les Preussu
I I sche Jahrbücher (déc. 1915), se demande si la dependance de la Belgique à
. I Pégard de la politique mondiale par suite de Pannexion du Congo « l’avait
I I deja cpnduite, avant la _guerre, à conclure des conventions diplomatiques »,
, , et il ecrit . « Conventions (Abmachungen), cest trop dire. Car, en tant
E I qu’Etat neutre, la Belgique n’aurait pasdpu conclure de traité formel. Mais
, · un accord tacite (em stelles Emverstan ms) serait bien concevnble. Il n a
{ pasencore été donné de réponse à cette question". » ­­ Quel recul depuis
· es mculpations formelles de novembre IQIZ; l...
1
I