HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 51

JPEG (Deze pagina), 636.83 KB

TIFF (Deze pagina), 4.00 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

sv
SECOND LIVRE BLANC ALLEMAND 49
tion et violenté le texte du rapport Ducarne par la
t substitution de Ab/sommen (convention) à conversation
ä (Unterredung). Le ro mars 1915, la gazette officieuse
allemande proteste contre la mesquinerie de cette que-
relle de mots par laquelle on cherche, dit-elle, à dépré-
cier << la valeur d’ensemble des documents >> ; et pour
prouver, d’un même coup, sa bonne foi et l’exactitude
i de son interprétation, elle affirme glue le Gouvernement
belge a donné lui-même, officie ement, au rapport
Q Duearne, le sens d’une convention en inscrivant sur
§ << la couverture de la pièce » (reproduite en fac-similé
spécial) <r elairement et intelligiblement l’inscripti0n :
l Conventions angle-belges ». (Voir ci-dessus note du
‘ n° 2 , . 38.)
ä Elie Rtermine en se mo uant dédaigneusement de la
Q naïveté du Gouvernementlluelge qui s’1magine que, par
Q un démenti « surl’honneur », 1l fera accroire qu’aucun
E accord n’a été concla par n’importe quel Gouverne-
ment. « Persorme n’aj0uter·a foi a un tel démemfi, dit-
elle, après Ferzsemble des preuves qui le corztredzsent. >>
Q Peut­on être plus formel?
38. Au surplus, Vutilisation faite par la propagande
allemande des documents et des articles publiés dans
la Nordd. Allg. Zeitg achève de mettre en lumière
quelle fut la pensée véritable du Gouvernement alle-
, mand et ce qu’il chercha à faire croire au public.
Bornons-nous à deux ou trois examples.
f La brochure jaune officielle (citée ci-dessus) éditée
chez G. Stilke, à Berlin, sous le titre : Die Belgische
¥ Neutralität, analysant ces documents dans un cha itre
intitulé : << Comment la Belgique livra (preisgag) sa
neutralité », parle à plusieurs reprises des << conven-
tions conclues » (Aóreden tmf) ar la Belgique avec
l’Angleterre, conventions qui la lbrçaient (zwang) de
se ranger aux cötés de eellc-ci dans la guerre contre
l’Allemagne (p. 6, 8 et 9). Elle parle de pretendus
avertissements qui {`urent donnés à la Belgique par ses
propres diplomates sur le danger de sa politique anti-
allemande, et ajoute : << Le Gouvernement belge ne
voulait pas être mis en garde. Il était empêtré trop
93. LIVRE m.Axc .u.r,mum>_ 4
E