HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 48

JPEG (Deze pagina), 635.81 KB

TIFF (Deze pagina), 4.00 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

z" .
ll?
Fil
rt
He
LES POURPARLERS DIPLOMATIQUES
I _ ·
defavorables à sa these. Elle se Hattait de produire par ‘
la un grand efïet sur l’op1n1on pubhque uuiverselle
ou du mo1ns rassurer les consciences allemandes sur
äïllï le bon droit de l’Allemagne.
Mais, fascinée par ce dessein ou emportée par la 3
passion, elle semble ne s’être pas doutee qu’en¢ mettant g
gg; au our la confiance sincère de la d1 lomatie bel e »
tl., J , . 9
dans la loyauté présurnée de lEmp1t·e allexnand, pen- _ I
{ill; dant la periode antérieure à la guerre, elle allart e
lt? onlever., par le fait rneme, toute valeur a la legende
ealomnieuse d’un traite secret conclu, des 1906, entre ‘
Ill la Belgique et la Tr1ple Entente, contre l’Allemagne. g
La presse des pays neutres, plus Judicieuse qu’on ne
jl; le eroit 2.1 Berlin, ne manqua pas de faire d elle­meme t
cette observation elementaire et d’oplposer les nouvelles p
róvélations de la Chancellerie àhce les de novembre
IQI/lt : a son avis, les apprécxations et l’att1tude des
di plomates belges accréd1tés dans les grandes eapitales
lil européennes rendaient pour le moins hautement 5,
invraisemblable la supposition d'une alliance secrète
anglo-l`ranco­belge. V
tl Touchée au bon endr01t, la Chancellerie Ht aussitót
tólégraphier par ses agences a la presse une note expli­
ä; cative ou reotificative (Voir presse allemande du 7 et Q
du 8 aoüt 1915), dans laquel e elle essayait de nier la _;
lg; contradiction rnanifeste ou elle s’éta1t laissé induire (’).
Puis, allant plus lo1n et voulant directement conci­
lier, tant bien que mal, la deuinème série de ses « do-
cuments belges >> avec la première, elle fit soutenir par
yyï l'ol`ficieuse Nordd. Allg. Zezlg (n° 238 du 28 aoüt
ïffi 1915, zw. Ausgabe) que le Gouvernement allemand
ï?'?` ’ ' ' ` ffirmé l’existence d’un véritable traité
M n avait jamais a _ N
entrela Belgique et l’Angleterre, hant la premiere a la
seconde de telle façon qu’elle ne püt pas se détacher d’elle
ll l
l ____.,....._...... I
i-‘§ä
W N dd.Azz .2iz , ut 5:
glldlégïrlamme VqVol1l` :g« Tage dgiinivence militaire de la Belgique avec
F4; l’Ang1eterre et la France est si indubitablemem établie par les documents
in qui ont été publiés à ce propos et est encore coniïrmée par les rapports des
wi envoyés (diplomatiques), qu’1l est superllu d'encore perdre un mot à ee
propos. »
li':
ET?