HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 47

JPEG (Deze pagina), 589.45 KB

TIFF (Deze pagina), 3.99 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

g SECOND LIVRE BLANC ALLEMAND
J Enfin, si la double altération devait être attribuée
réellement et sincèrement à une « erreur de lecture »,
il resterzut encore que cette << erreur >> - à preuve
A l’éd1t1on française du Journal de la guerre- aurait été
constatée dès novembre xgilr: en ce cas, aucun homme
de bonne foi n’e1it attendu quatre mois avant de la
2 contesser et de la rectifier et de faire ainsi cesser le
l scandale .....
S
l
5
5 VIII
l
‘ 34. Comme si cette accumulation d' << erreurs >>, de
supercheries et de subterfuges ne suffisart pas encore, la
Chancellerie imperiale revint à la charge en aoüt 1915.
3 Elle avait, en efïet, vers cette époque, Jugé expédient
­ï d’ut1l1ser, pour ses desseins de politique extérieure et
g aussi (ou surtout) de politique intérieure, un certain
g nombre de nouveaux documents diälomauques trouvés
ä aux Archives du ministère des A aires étrangères à
, Bruxelles, à savoir les rapports officiels envoyés par
y les ministres de Belgique Ia Berlin, à Paris et à Londres
nl au Gouvernement belge endant la periode s’étendant
nl de 1 05 au début de 1 1 . Comme ces ra orts mon-
. 9 . 9 . PP
traient que les dëplomates belges nourrissaient, alors,
al une grande con iance dans la loyauté politique de
I l’Emipire allemand, la Chancellerie allemande, pour se
justi 1er de l’accusat10n d'av0ir provoqué la guerre,
crut habile de publier leurs appréciations, non, d'a1l-
leurs sans les avoir soumises à un savant tr1a e ni sans
’ . , . . , . ,
en avoir elimine préalablement bien d autres Jugements
':` raphique ; c) leur commentaire. La « faute » de traduction overeenkomst
?Ablc0mmen) ne figure pas dans la version llamande, ni la fausse leçon
« convention ¤ dans la répétition typographique française du manuscrit.
Q Le cas est donc Ie même que pour l’edit1on française du Journal de la
guerre imprimé à Berlin. Et tout s’explique quand on rétléchit que la bro-
? chure imprimée à Bruxelles était destinee à des Iecteurs bruxellois
· connaissant presque tous le français et le tlamand, donc capables de_1ire
j perscmnellement e fao­similé et, par consequent, en état de decouvrir la
gg supercherie.
i

{
A