HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 46

JPEG (Deze pagina), 649.15 KB

TIFF (Deze pagina), 3.99 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

wi:

till
fill
44 LES POUBPARLERS DIPLOMATIQUES §
",,lL .;
graphié dans l’édition française se trouve être conforme ‘
pl au texte du manuscrit, c’est évulemment que les fonc-
gll t1onna1res, revisant leurs epreuves, au cours du trava1l
gïligl de correct1on, se sont aperçus de << l’erreur >> et l’ont ,
gil? fait corriger avant le tirage ; mais, en ce cas, << l’erreur >>,
till Sl << erreur >> 11 y avait eu, était decouverte à Berlin dès
lïlïï novembre 1914.
rl? , , , t
l, il Cola etant, dans l une comme dans l autre hypothese,
ff le Gouvernement allemand, s’il était de bonne foi, avait S
M le devo1r, dans son édition s1multanée en langue alle-
mande de la même brochure (et aussi dans ses autres g
publications ultérieures de propagande pour l’Allemagne E
X Q • » l
et l étranger), de ne pas rélmprimer tel e quelle et cont1­ Q
pl nuer a reprendre, comme on volt qu’1l l'a fait, la primi-
t1ve version altérée de la Nordd. Allg. Zeizfg.
wifi 33. La Nordd. Allg. Zeztg du IO mars 1915 a cru
se laver de tout reproche en alléguant que latpublica-
ll t1on du fac­s1m1lé du manuscrit permetta1t, e toute ‘ï
façon, aux lecteurs le controle de la traduct1on. 3
Argument sans valeur car é ` é t ` *
Al _ , pr c1s men ceux pour ,
Tl qu1 la_traduct1on en allemand était nécessaire, faute de l
ïq connaissance du françaxs, étaient aussi ceux pour qui .
in etait 1m(poss1ble un controle personnel de la version
V alleman e par la comparaison avec le manuscrit fran- ,
, çais.
l • . . . , w
Eg; Et lpuis comment expliquer que ce soit précisemcznt
i= dans ’édition française que l' << erreur de lecture >> n`a "
l. I : · a
ll pas ete commise? N’est-ce pas parce que les lecteurs
_ de cette édition étaient Justemcnt des leeteurs capables
de controler par eux­mêmes l’exact1tude du texte tyfpo­
grapfué par lecture directe du texte manuscrit au ac-
ïl ll simi é, et qu’ils n’eussent pas manqué de découvrir
ly I » · 1
V ; teratxon ( )‘?
ll? 3 `
T (1) (Qette supposition trouve une confirmation dans le fait ci-après.
ll ll resulte de renseignements particuliers rcçus dc Belgique que l’ « er- ,
gj 1 reur de lecture » n‘a pas été commise non plus dans une brochure-
g pamphlet (du format du Moniteur belge et impriinée aux ateiers de ce
l gl Journal) qui fut deposee dans toutes les maisons à Bruxelles au début du ï
g .§ mois de_decemhre 1914; Cette brochure, publiée en français st enflamand, j
contenaxtz a) les fac­sxm1lés des documents découverts; b) leur version 3
{ ‘§ tlamande, ou, selon le cas, pour les lecteurs français, leur répétition typo- gl
‘ l
, l
l l ï
l { l
: 1 ·
r l i
l i g