HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 31

JPEG (Deze pagina), 601.50 KB

TIFF (Deze pagina), 4.00 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

3 .
E ` SEGOND LIVRE BLANC ALLEMAND 29
, certaines réflexions du baron Greindl, écritcs à la iin
g de 1911.
Q Ce procédé est de nature à égarer le lecteur. ll est
g d’autant plus grave que l’artic e du 13 octobre 1g1[;
n’était pas accompagné de la reproduction textuelle
des pièces analysées et que le lecteur en était ainsi
réduit a croire le 'ournal allemand sur parole.
22. La lettre du comte (alors baron) Greindl, mi-
` nistre de Belgique à Berlin, y est­elle mieux traitée?
La Nordd. Allg. Zeizfg représente cette lettre, du
23 décembre 1 11, comme une critique des entretiens
L Barnardiston­Igucarne de I_O6 et aussi comme un
re roche adresse par le diplomate au Gouvernement
bellge pour avoir « ris parti exclusivement en faveur
des puissances de Vlgntente >>.
En quoi, lejournal allemand se méprend doublement,
, si même il n a voulu tromper ses lecteurs. M. Wax-
A weiler (op. cit., p. 181 et suiv.) a déjà relevé cette
erreur. La lettre du comte Greindl -­ explique-t­il
d’a rès des renseignements puisés a une source offi-
cielle - [1,3 pas de rapport irect avec les entretiens
Barnardiston­Duca1·ne, qui remontaient à plus de cinq
‘ années auparavant. Elle se réfere directement à un tra-
vail rédigé en 1910-1911 par un fonctionnaire supé­
rieur, dont la Norddeutsche n’a pas eu connaissance et
qui portait pour titre : cc Que ferait la Belgique en cas
e guerre franco-allemande? >> Ce travail, qui rentrait
1 en tous points dans la compétence du fonctionnaire qui
L en était l'auteur, exposait un plan de défense d’une
partie de la Belgique (la province de Luxembourg); il
visait le cas d'une violation de la neutralité de la
Belgique par l’Allemagne, sur la rive droite de la
Meuse (traversée des Ardennes belges). Le ministre
1 xç belge soumit cette étude au comte Greindl, diplomate
expérimenté, dont le jugement était hautement appré-
cié à Bruxelles, et à qui l’on communiquait souvent les
documents qui intéressaient la situation internationale
du pays (‘).
(1) Pourle dire en passant, le fait que le Gouvernement belge communi-