HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 28

JPEG (Deze pagina), 620.29 KB

TIFF (Deze pagina), 3.99 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

ig 26 LES POURPARLERS DIPLOMATIQUES ‘ ·
*1,; connaissance immédiatement par voie télégraphique. P
ii ig (s) von Jagovv. f
" << A Son Excellence l’envoyé impérial von Below, à ;
Bruxelles. >> f
# On le voit, l’omission subreptice des deux dernières ’
‘ phrases de l’ultimatum remis a Bruxelles doit avoir
l pour cffet de soustraire à la connaissance du public des q
_ pays neutres le tómoignage de confiance spontanément W
donné par l'Allemagne à a Belgique à la veille même
des hostilitós, et Vattestation des relations d'amitié inal­ _
iç térée qui unissaient jusqu’alors les deux fpays. Or ]’Alle- y
magne avait intérêt à ce que cela ne ut plus mis ou =
x remis sous les yeux du public apres que, comme on le ‘
gt verra plus loin, son Chancelier impérial avait affirmé, .
ly? dans son discours du 2 décembre igilt au Pteichstag,
` que déjà, le 2 aoüt, il soupçonnait la Belgique d’infidé­ jy
V1 litó à ses obligations de neutre, et aussi après que la ;
Chancellerie impériale avait, en 0ctobre­novembre xgrli,
dénoncé l’existence, des igoö, d’un traité conclu entre ;
gg la Belgique et l’Angleterre, pour faire en commun la
guerre a l’Empire.
·, D’autre part, l’omission des instructions données à
M. von Below­Saleske, pour le mode de remise de l’ul­
timatum, a visiblement pour effet de soustraire à la con-
gt naissance du public des pays neutres une autre cir-
constance que l’Allemagne a intérêt à faire oublier
parce qu’elle est particulièrement odieuse : c`est que
lï; ’Empire, en menaçant de violence la petite nation neu-
l tralisée et garantie par lui, ne lui avait laissé, comme
l délai de délibération, que douze heures de nuit (‘),
i temps insuffisant pour négocier ou obtenir l’intervention
Q d’aucun de ses autres garants.
y Des lors, le dessein poursuivi par le departement des
- Afllaires étrangères de l’Empire, en opérant la double rv.
l suplpression, devient clair.
g nfin, le rem1er fac-similé reproduit fait aussi la
l lumière sur llintention qu'a eue la Cliancellerie d’abuser
t _T"°_‘ `J ·
E (1) Uultimatum fut remis le 2 aoüt à 7 heures du soir (heure belge), soit
y 8 heures (hcure allemande).