HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 17

JPEG (Deze pagina), 613.85 KB

TIFF (Deze pagina), 4.01 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

L
S
sEcoND LIVRE BLANC ALLEMAND 15
’ est, croyons-nous, une cause entendue et même jugée.
Nous demandons seulement- pour qu'0n ne perde
pas le fil conducteur dans l’ap réciation des documents
allemands ­­ que l’on veuiliie bien se souvenir des
rincipes fondamentaux sur lesqluels reposaient les
. ldevoirs et droits issus de la neutra ité belge.
é, *12. Cette neutralité n’était pas une neutralité d’élec­
è,. tion, mais une rzeutralité imposée. Elle avit ete
4 imposée en 1831-1839 à la Belgique par les cinq puis-
B sances (Prusse, Angleterre, France, Autriche et Russie),
non pas tant dans son intèrêt propre que plutót dans
le leur, que ces puissances confondaient, alors, avec
celui de la paix et de Véquilibre européens.
, lmposée, cette neutralité fut néanmoins acceptée par
i la Belgique qui eut toujours à coeur, depuis lors, de
g s’y conformer loyalement.
_ En retour de ses charges, la neutralité apportait, du
reste, à la Belgique certains avantages réels, mais qui
i furent souvent surévalués : c’était une neutralité per-
j pétuelle et garantie.
’ C’était enfin une zzeutralité armée, c’est­à­dire com-
, portant pour la Belgique non seulement le droit,
’ -­ que possede tout gouvernem ent en vertu de s sou-
veraineté, ­·- de dófendre Pintègrité territoriale et
l’indépendance de la nation, mais encore Vobligaiion
de faire elle­même respecter son état de neutralité par
quiconque, et de coopérer de ses propres forces au
§ maintien de son statut.
Q; 13. Il suit de la que la Belgique, dans la sphère de
Q ses relations extérieures, ne pouvait pas disposer d'elle-
g même avec une leine autonomie. Elle jouissait incon-
testablement du droit de guerre et de paix, mais seule-
_ i ment pour sa défense et non au dela. Elle n’avait pas,
A comme les Etats pleinement autonomes, la liberté de
prendre, sous la dictée de ses propres intérêts ou les
inspirations de l’oppo1·tunité politique, de ces deter-
minations de souveraineté qui déga ent brusquement
untpeuple de l’orbite des destinées de ses voisirxs, ou
gm engagent son avenir dans une voie parallèle à la
eur.