HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 15

JPEG (Deze pagina), 590.40 KB

TIFF (Deze pagina), 4.01 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

, SECOND LIVRE BLANC ALLEMAND 13
allemand du li aoüt est omis; omises aussi la proposi­
y tion de paix separee, faite par l’Empire le 8 aoüt, et
E ·la réponse negative de la Belgique, Par contre, les
* documents « à charge », d’une découverte bien poste-
? rieure à la deolaration de guerre, foisonnent. S1 bien
que le peuple allemand et les gouvernements et publies
neutres, à n’entrevoir l’intervention de la Belgique
, dans le conflit que par et dans ces Aktenszfüclce, n'y
J. aperçoivent d’elle, rien d’autre que << son crime ».
Telle est la maniere dont 1Allemagne entend et
L accomplit son obligation de contribuer pour sa part ‘
à Pelaboration des Jugements du monde et à la prepa-
ration de ceux de l'histoire.
9. Le vrai ou le principal but de la publication du
i second Livre blanc allemand, nous paraït avoir été
á d’efl`acer Vimpressionlproduite par le discours du Chan-
celier de l’Empire, a a seance du Beichstag du li aoüt
. ~ xgili. L'Allemagne, ayant constate l’efl`et fàoheux pro-
duit ar ce discours, s’ell`orce de se reprendre; elle
cherche à retracter l’aveu de son Chancelier; elle
rouvre, d’autorité, en accusatrice, le debat qu’elle avait
d'abord clos, spontanement, en se condamnant elle-
même. Et pour que son but ne soit pas trop apparent,
ce qui serait le cas si les Alctenstüc/ce publies étaienl:
. exclusivement des « Belgische Aktenstücke », elle
reimprime sans utilite appréciable, en tête de sa bro-
chure, une série de gwièces qui avaient deja figure dans
son premier Livre b am:.
n Nous ne pouvons pas nous expliquer autrement le
double fait que la moitié seulement des pièces publiees
soient inedites et que ces pièces concernent presque
Y toutes « la culpabilite de la Belgique ».
` III
*10. Le Gouvernement allemand entreprend donc de
demontrer que la Belgique, au moment même ou elle
se plaignait de voir sa neutralite violee, avait elle-