HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 13

JPEG (Deze pagina), 549.44 KB

TIFF (Deze pagina), 4.00 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

i
SEGOND LIVRE BLANC ALLEMAND M
ll importait que la lumière füt faite sur ces procédés
incorrects, en même temps que la traduction des pièces
dans leur état actuel était présentée au lecteur. Il ne
faut pas que l’Allemagne puisse bénéücier de ses recti-
fications tardives, subreptices et d’ailleurs incomplètes,
comme aurait le droit d'y prétendre un plaideur de
bonne foi à qui serait arrivé l'accident de se tromper
et qui aurait eu ensuite le courage de reconnaïtre spon-
*~ tanément et franchement son erreur.
Telles sont les raisons qui rendaient nécessaire le
present essai critique.
II
6. La guerre actuelle s’est ouverte par un forfait
sans exemple dans l’histoire : la violation de la neutra-
lité belge par l’une des puissances garantes de cette
Y neutralité.
Ce forfait, s'il n’est as la raison unique de l’inter··
vention de la Grandeäretagne dans le conilit, en a été
du moins la cause dóterminante immediate. Il a
provoqué contre l’Allemagne le soulèvement de la
conscience universelle. C’est le centre de gravité d’une
grande partie des discussions sur les causes de la
guerre.
. Le Chancelier allemand a fait, le li aoüt igxli, au
­ Pteichstag l’aveu solennel de l’iujustice (Urzrecht) que
l’Allemagne commettait dans un intérêt straté ique, en
­ lançant ses armées à travers le territoire belge; il a
e confessé, en même temps, que, consciente de sa faute,
­ l’Allemagne avait conscience aussi d’en devoir la répa­
2 , ration.
­ L’historien ne pourrait souhaiter une preuve plus
s certaine et plus incontestable de la culpabilité de
1 l’Allemagne. Les paroles du Chancelier ­- ue ses
s thuriféraires et les protagonistes maladroits deql’impé-
rialisme allemaud ont voulu faire passer plus tard pour
l'effusion peut-être intempestive d’une àme trop magna-