HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 123

JPEG (Deze pagina), 600.69 KB

TIFF (Deze pagina), 4.01 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

t

Amxnxns 121
X Archives, Yinscription : « Couventions anglo­belges », n’est
‘ nullement en contradiction avec Pinexistence d’une conven-
tion anglo­belge. Si l’on avait classe, dans les Archives
fédérales, les pourparlers relatifs au traité de commerce
mort-ué de 18g2 avec la France, sous le titre : « Traité de
commerce avec la France », il n’eüt pas résulté de là que le
l traité ent été etïectivement conclu.
« ll était nécessaire pour nous d’exposex· ces considérations
i une fois de plus, car tout ce qui pourrait excuser la viola-
tion de la neutralité par un grand Etat est, pour notre petit
Etat neutre, une chose qui doit retenir l'attention. Au sur-
» plus, il nous est absolument impossible de comprendre pour
, quel motif la propagande allemande à l’étranger éprouve
‘ touiours à nouveau le besoin de renouveler la discussion sur
i ce thème. »
I
IV. - Pourquoi 1'£tat-major belge a­t­iI étudié avec des
attachés militaires anglais le problème technique d'une
invasion allemandev
Note 5g du « Bureau documentaire belge » (22 mars 1915)
(Ca/eters documentaires, livr. x5).
Le général hollandais Prins a défendu, dans le journal
Vaderland, l’opinion suivante, reproduite dans la presse
allemande, notarnment par la Norddeatsche Allgemeine Zei-
tung du 7 mars xgiö (zweite Ausgabe, no 66, 1) :
La Belgique, dans des conversations avec l’ ngleterre au
‘ sujet de la défense de sa ueutralité, n’a pas considéré le cas
ou celle­ci serait violée par la France; elle n’a donc pas
examiné les différentes éventualités possibles, avee une com-
mune mesure zson attitude n’a pas eté strictement neutre.
A l’encontre de cette opinion, il importe de préciser les
quelques points ci­après :
1. -­ Les conversations relatives à la défense de la neutra-
i lité de la Belgique contre une violation éventuelle de celle-ci
· par l’Allemagne, ont eu lieu entre des personnalités mili-
taires anglaises et bolges, n’ayant aucune autorité pour enga-
ger leurs pays respectifs.
2. -- Ces conversations étaient dues à Piuitiative des atta-
chés militaires anglais.
3. ­- Elles ont eu un caractère exclusivement technique et
ne furent jamais suivies d’aucun accord ni diplomatique, ni
politique. La presse neutre impartiale le reconnait mainte-