HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 122

JPEG (Deze pagina), 658.43 KB

TIFF (Deze pagina), 4.01 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

ii 1 [
Ei vii
y iiiïig

120 Anunxns Q
9 in 1
iiïll III. -­- La portée des « documents Barnardiston » appréciée
par un journal de la Suisse alémanique.
V 1/E
Eàlrait de la noie 51 du << Bureau documentaire belge »
3 du I7 mars 1915 (Cahiers documentaires, livr. xl;).
Les Basler Nachrichten, l’un des journaux les plus im-
portants della Suisse allemande, ont émis Pappréciation f
Iglg suivante, a loccasion de la publication d’une note officieuse
Ill du Bureau Wolff qui leur avait été communiquée par le
Consulat impérial allemand de Bàle (N° 131, u 13 mars E
1915, erstes Blatt) : 9
i ig « Le résultat essentiel de la découverte_qu’ils (les Alle- A
l Q mands) ont faite, est, pour tout lecteur impartial, parfaitement 7
g clair : F
« Des pourparlers ont eu lieu en 1906 entre les organes *
. militaires anglais et belges ­- non pas entre les gouver- 1
­`ï 1 nements ­­ pour le cas ou l’Allemagne violerait la neutralité
( de la Belgique. Telle était la découverte du 13 octobre. Elle
W était propre (sie war geeignet) à compromettre la Belgique;
.; elle montrait, en eiïet, que dans les cercles militaires belges,
i ~ on se représentait le danger allemand d,l1IlCfHQOHUHll3téT3lC;
6 g ( elle suscitait la présomption que peut­être les pourparlers
entre les militaires avaient conduit à des accords, contraires
g a la neutralité, rentre les gouvernements. Que cette présomp­
ïjè t10u, qui se presentait tout dabord a lesprit, füt fausse,
c’est ce que démontra, en elfet, la deuxième découverte
allemandï, faiteàe 25 ïoïlïmbrei Elle montïa qge, qgeàqifes _
ii anuees p us tar ,_pro a einen, en 1912,. _e _g nera _e qc
· M Jungbluth avait dxscuté, avec lattache militaire anglais, a
question de savoir si l’Angleterre avait le droit de dé arquer
des troupes sans appel au secours de la art de la Bel-
3 ï gique ; elle montra aussi que l’attacl1é militaiie anglais était
gl Q allé, à cette époquc, de sa propre uutorité, reconnaitre la
al ° cote belge.
« Done les pourparlers de 1906 n’avaient pas abouti à un
F traité contraire à la neutralité. · I _ _
f ’ « La deuxième découverte allemande annihilait, en ce qui
Y ï‘ concerne la Belgique, la première. Elle aboutissait à compro-
jï‘ mettre plutöt l’Angleterre; et les auteurs de la découverte
1 I semblent, dans la chaleur de leur zèle,_ avoir perdu de vue
2 à quel point ils déchargeaient la Belgique. Le fait que la
ä chemise (Umschlag) du document de 1906 portait, dans les
F' C
t§·
Mg
gl
li
Jbl