HomeEssai critique et notes sur l'altération officielle des documents belges: le second livre blanc allemand (Aktenstücke zum KPagina 112

JPEG (Deze pagina), 618.50 KB

TIFF (Deze pagina), 3.98 MB

PDF (Volledig document), 79.43 MB

S r A Y i
i g J
l Q J
(
gg LES POURPARLERS DIPLOMATIQUES
Ii I ·
lg On a retrouve dans le bureau de l’Ofüce central d’esp1on­ l
nage anglais à Bruxelles tout un paquet de formules pareilles .
Ei _ à celle qui est reproduite ci­dessus. Longtemps avant la
* §- uerre on savaxt u’un certain Dale Lon habitait Bruxelles E
i i t ­ · · q ; 9 s x · ”
H _ ou 1l se l1vra1t pour le compte de lAngleterre a 1 espionnage {
contre l’Allemagne. On avait même reussi à citer devant la
ë; Justice toute une série de ses agents; t0utefois,_ il ne put être ‘
E , établi sürement que Dale Long fit partie de l’Etat»major an-
,y glais. Mais, de la formule qu’on a découverte, il ressort (
3; ; que, en cas de guerre, Dale Long devait entrer à l’Etat­ma_)0r, ,
êf ` ï que, en qualité de membre de l’armée anglaise, il était autorisé
gfïi en Belgique à faire des réquisitions, et que cette autorisation I
a été legalisée par la Légation anglaise á Bruxelles, comme .
,I 1 » •
gi le prouve le cachet. L’ex1stence de toute une lxasse de ces l
M formules non remplies clémontre, en outre, sans laisser de Q
g place au doute qu’il s’agit ici d’une mesure de mobilisation 3
, qui ne serait pas concevable sans Vassentiment du Gouverne-
; ment belge C).
ïs
llêii ­­­­­­­
l·,i=*
ii? `
iig
[
in "§
1 e.
l l
Nouveaux documents sur la violation q
jj. de la neutralité par 1’Ar1g1eter1‘e.
e
(Gazelle générale de Z'Allemagne du Nord, 2 décembre 1914.)
` ` ’i
i Les preuves s’accumulent qui demontrent que, dès le ll
1 temps de paix et d’acc0rd avec la Belgique, l’Angleterre a
i préparé dans ses moindres détails la guerre contre l’Alle­
" ma ne non seulement sur le terrain di lomati ue mais
lv g 9 p q ’
ii -­-à--
4 . .
; · (1) Tout homme de bon sens se demandera comment Porganisation en
e Belgique d’un centre d’espi0mzage anglais ayant. pour objet de recueillir J
_$» des renseigncments militaires sur la Belgique, pourrait démontrer l’exis­ `
ti tence d’un traité d’alliance anglo-belge. Le ait que les Anglais se seraient ;
#3* trouvés réduits à recourir à Pespionnage pour se procurcr de tels rensei­ i
gnements tend, au contra{re,dà exclure toute hypothèse d'aceox·d ou de ;
­i cennivenee militaire entre es eux geuvernements. , *
Du reste, à quelle date ces formules de réquisition ont-elles été préparees ? G
gz ` Avant ou aprèslbuverture des hostilités? Si c'est après, que presentent­
{ ` elles d’anormal? Si c'est avant, qu’est­ce qui permet au Gouvernement [
gt allemand d’affïrmer que ces formules (dacty ographiées) n’ont pu etre pré- g.
parées « sans Passentiincnt du Gouvernement elge » ? ‘
ä i l
ii? L.
ies “