HomeL' orientation nouvelle du mouvement FlamandPagina 9

JPEG (Deze pagina), 1.12 MB

TIFF (Deze pagina), 7.71 MB

PDF (Volledig document), 25.24 MB

" _ ty. ·;ïi·J“= F i ­
at i · j .
^
a
vs
1- · r ‘
I, V MOUVEMENT FLAMAND TA UN TOURNANT DE SON HISTOIRE. _
‘e ~ C ___.-___.-
2- .
¤
ën _ h ` Je ne suis pas des pusillanimes qui se perdent en lamentations: le
"_,¢­ mouvement flamand est à l’agonie, le cataclysme de la guerre menace
28 d'amoindrissement et d’hum·iliation l’élément llamand de notre pays!
l_ r. Outre les espérances que je fonde sur les facultés encore en germe
{8 _ dans nos populations tlarnandes, ma confiance,. même parmi les circon· _
ja stances actuelles, demeure mébranlable en la vitalité interne d un peuple
ix 1 demeuré si sam. _ · . · `
QS s Cette vitalité, nous la connaissions surtout par l’h1sto1re. La guerre
” . l’a stimulée et sa force éclate aux yeux de tous, égale à celle des siècles
passés. Soldats du front belge, exilés volontaires, captifs en Allemagne
wc et opprimés là­bas dans le territoire occupé, tous -Flamands aussi bien
~ · . que Wallons - prouvent qu’ils ont l’äme assez haute pour préférer la
valeur morale aux valeurs matérielles. La froide écorce des qualités
inférieures est -brisée. Le tréfonds incandescent de l’äme populaire
apparait, et l'ancien idéal de droit et de liberté en jaillit, comme une
- Hamme sereine parmi les obscurités de l'heure présente.
, Voyez notre jeunesse tlamande, notre jeunesse universitaire surtout.
» Son amour rêveur de la Flandre s’est réveillé aux éclats des canons
ennemis. Devant sa conscience se dressa tout à coup la question de
savoir si son amour du peuple est quelque chose de plus qu’un mot
sonore, et si elle aurait le courage d'imoler sa jeune vie à la“ libre vie `
de son peuple. Quelle fut sa réponse? Unie dans un discret et total
I , sacritice, sans qu’il füt besoin d’un mot d’ordre pour la rallier, elle a
,_ traduit de belles maximes en sublimes actions. L’élan de chaque individu
« vers la défense du droit foulé aux pieds et de la liberté menaçée, le courage
r de chacun sur les champs de bataille et dans les tranchées, ont prouvé à
tl " l’évidence la force bienfaisante qui, en se communiquant du mouvement
des étudiants à la jeune génération des intellectuels flamands, les avait
tous pénétrés d’enthousiasme poxur Vaccomplissement de leur devoir
r envers la communauté.
t r D'autre part, nous apparaissent, brillantes comme un noble acier,
` 1 , ·l’endurance de tous les Flamands et leur fidélité au pays. Nous étions
si près de notre perte; jamais cependant ­- j’aime à le répéter, ­­ la
vitalité de notre peuple ne se manifesta plus intense qu’aujourd'hui.
Il en_ va des forces morales cachées d’un peuple comme de toutes les
3 choses bonnes: on les apprécie davantage à mesure que l’expérience
o contirme leur excellence. Chez l’élite des Flamands conscients de leur
caractère propre, une vertu surtout s’est actuellement révélée, dont l’in- .
. " {Tl .
ii ,._, gril N _ e y r _ A _ ~ · ` e _ · _ i
,,,s rr ’».=t ; jar tr.l.,,e .»,, af , C. ,. er rr,_ , - s f , i