HomeL' orientation nouvelle du mouvement FlamandPagina 22

JPEG (Deze pagina), 1.00 MB

TIFF (Deze pagina), 7.76 MB

PDF (Volledig document), 25.24 MB

“ ` 4 ‘ t " ’ ` ii
Certes, non! le mouvement linguistique Hamand n est dtrige ni contre .
° · ~ · · » · ‘ E ·
, la France, ni contre la culture latine, que reflete St elegámmeuï l°€SP1'1ï
, français, ni contre l’état belge, ni contre les Wallons. ·
· · v · Eäxédï
Q Il peut se deiinir: lensemble des efforts des Flamands, en vue de
l conquérrr tous les droits auxquels leur langue·m2ter¤elle peut Drêïeudïe,
dans l’organisat1on politique de la Belgique; en vue aussi de CléV€l0DP€1`
en cette langue, toutes les facultés des Belges qui pensent et s’expriment
[ en néerlandais. Si, comme il est, hélas! vrai, quelques fanatiques four-
g nissent indirectement à Vennemi de leur pays ‘ le moyen de détourner
ie ce mouvement vers des nns de division nationale, cet abus ne donne
pas, aux Belges qui n’ont pas nos idées et ne connaissent que super-
ficiellement notre action, le droit d’attaquer le mouvement si légttime de
ï leurs compatriotes flamands. Qu`ils ne lioublieut DHS, les Allemands
; ~ · ­ » • •• · • ~ "·"`3;¢
; savent, a n’en pas douter, que le traite de paix, quel qu 11 soit, liberera
* ­ . . . `
lj la Belgique, et qu’aucune politique autre ne leur y est possible, que --
d`affaiblir par tous les moyens leur future voisine. Le meilleur, au point ·
. . . . . ,
_ de vue moral, leur semble celui de diviser les Bel es, en semant armi _ -·=
,, eux une mextirpable ivraie de d1ssenS1onS­ Les attaques contre ce Que
gp la rénovation tiamande a de juste prêtent un concours, indirect mais ‘
,;, certain, à Vennemi. Leurs auteurs sont traïtres aussi à la Belgique nouvelle,
r . . A , . t ­ » » ëäte
qui demain naitra de nos volontes unies, forte, homogene et mvulnerable ,·
, aux coups directs comme aux poignards sournois. ­
Déjà, cette Belgique nouvelle vit en nous, et nous aspirous au Jour `
EJ • • ~ r • 9 * ·‘il?"ä$ ‘(, ·ä
. trois fois heureux ou nous la reahserons. Nos forces ne demandent qua
Q,. se déployer; nous les sentons en` nous, comme une certitude. Et ce lait
if de nous sentir forts, pendant que les nations amies s’ap1toyent sur nos
malheurs, prouve une fois de plus, Vinépuisable vttçllxté des D0pulä’€10¤S
la = belges. ·» B
ig C est elle, qui, dirigee par son grand roi, elevera bxentot le petltpeuple
` _ ` • • ; • ` « • ;* ‘*“
i,. bel e, au dessus des ities, us u’a Vadmiration du monde. a
l ei
ä ­ i
if ‘
gg ' %

, · ‘ ;
«· _ ._, vgïfïäl ik;

J1. ‘ ~' t§’:‘ïä§?.§?ä;,;;»"
5 t
· _ ~
gï; ; ‘ r (
B "
t e i
èslli. .
Idil " SY
lle ‘ ‘ "- - , e , t . ·
*4 ,.‘ ­ ‘_ ,, . ' , ,, ,. ° `­ _‘ '·
,,,,,, · t te t ,e,,‘. , t er , ‘ _,`,e v: `·,· `