HomeL' orientation nouvelle du mouvement FlamandPagina 18

JPEG (Deze pagina), 1.29 MB

TIFF (Deze pagina), 7.73 MB

PDF (Volledig document), 25.24 MB

" " 4 .
· 16
et s'acharnaient les uns contre les autres? Et toute énergie qui s’avisait
, de quelque entreprise un peu grande au profit de la vie commune, ne li
l s’enlizait­elle pas dans les sables mouvants de l'inertie générale et ne se _
l dessèchait·elle pas bientót au vent des intérêts particuliers? ë
.· L'Allemagne comptait bien, qu’aussitót notre pays attaqué, ses habi­ l
tants se cramponneraient chacun à ses petits intérêts personnels: ainsi,
elle tiendrait facilement en main ces isolés qui ne se préoccuperaient plus ä
du salut commun.
Et voici que ce peuple entier s’est levé pour la défense de deux idées
abstraites: le droit et la liberté.
Ce fait dépasse de beaucoup la réaction immediate de l’instinct de l
i conservation, qui expliquerait qu’attaqués simultanément, nous nous défen­ ·
ï dions ensemble. Car, après trente mois d'eff1=oyables soulïrances physiques tl
et morales, nous n'hésitons pas à tout endurer pour la défense de ce
droit et de cette liberté; et à cette heure encore, comme il y a trente ‘
; mois, nous faisons nótre le cri du roi: ,,On ne passe pas!" · C
l Ce mouvement de l’äme du peuple est la résultante de forces plus ·.
` importantes et plus durables. L`immense détresse de tout un peuple s’en "
J; vint {rapper à la porte de notre coeur; et du fond de l'äme populaire s’est
élevée, en même temps que l’esprit de solidarité, la grande force de la i
F tradition. A notre insu, elle nous relie à nos devanciers, et constitue l’héritage ä
i que nous dvoulons transmettre, intact et accru, à ceux qui viendront après
l nous. Cette‘tradition, naguère aperçue des seuls écrivains,et historiens,
__ se manifeste aujourd’hui dans toute la population belge. En ces temps de
sentiments forts et d’action intense, notre armée et toute notre nation s’y .
l` sont rattachées de toutes leurs énergies. Comme une trainée lumineuse t
F de gloire rayonnent devant notre souvenir les actes de solidarité, de l .
,; sacrifice, de vertu, de probité, de_courage, qui des Flamands et des .
’ Wallons ürent jadis un peuple grand, et qui, se renouvelant chez nos =
contemporains,refont d’eux un grand peuple. Ne sont­ce point la même T
lf ténacité et la même inflexible volonté du droit et de la liberté, qui, _
; autrefois précipitèrent les communiers Hamands et Wallons, les armes à "
la main, contre leurs oppresseu'rs, et qui aujourd’hui iaillissent en chants «
f de déti de la gorge de nos ouvriers conduits en esclavage et de celle de t
nos soldats marchant au combat? Cette ténacité ancestrale s’est à ce
point emparée de nos soldats, qu’après avoirarrêté l'avance teutonne, ils
ont réussi, à combattre aussi l’ennui et à tuer le temps. Depuis deux
li patientes années, le courage toujours en éveil, ils attendent ainsi, l’ordre ‘
t . d`attaque, le moment ou leur ruée triomphale balayera les chemins qui r
nous amèneront, les larmes aux yeux et le coeur chantant de gratitude, ="~
dans notre patrie libérée, au coin de notre foyer reconstitué. ,
Cependant, là­bas, dans l’enceinte du til électrisé, et ici en exil, notre ·
[Q nation reconquiert ses anciennes vertus civiques. A mesure que le besoin ' ·
augmente, la charité étend plus largement les bras. Elle est devenue plus
` qu’un acte de simple commisération: elle incarne la plus éloquente et la
-. plus pratique manifestation de l'attachement mutuel. Et plus la guerre se
[ prolonge, plus s’aH`ermit Vinébranlable volonté de tenir, parce que nous
l' comprenons qu’il n’est plus, pour nous, d’atmosphère respirable que celle
li d’un pays complètement libre et indépendant. ' L
l_ _ En constatant ces dispositions de la communauté belge par ces temps
Q d`émotion intense, ne semble·t-il pas que nous marchions à travers les {
vestibules, les couloirs, les salles et tout le majestueux dédale de l`histoire ·
_ de nos ancêtres? Et ne sent0ns­nous pas que l`esprit de cette antique ` ‘
Pig · ‘ `
l l`
ll ` ‘ ·
lïï, · . ‘ _ " 1
lfê. · . . · l