HomeL' orientation nouvelle du mouvement FlamandPagina 14

JPEG (Deze pagina), 1.33 MB

TIFF (Deze pagina), 7.71 MB

PDF (Volledig document), 25.24 MB

H / I
l 12
i
et bien intentionnées que soient les ,,lois llamandes", elles n’ont pas et `
ne pourraient avoir déjà l'autorité d'une nécessité ressentie par le peuple ’
T · flamand. ­ ·
{ C’est dans le sein même du peuple, que doit germer la force nécessaire Q
‘ à sa régénératiou. La volonté de cette régénération ne signifiera quelque Q,
chose, ne s'imposera à la considération, ne conquerra de droits, qu` àla
condition d`émaner du peuple même. Et, si tous les partisans du flamand i
jj ,s’efl`orçaient, avant tout, de hàter, chacun en soi­même,le développement
fécond de la parcelle de l’àme flamande qui vit en lui, al0rs,n’en doutez · l
pas, la force d'expansion de cette äme collective s`épanouirait par sa
vertu propre. Et il n’y aurait plus que faire de toutes les lois linguistiques.
jj Pourquoi toujours rejeter de nos épaules la faute de notre dégénéres­
j§ ·cence et de notre infériorité, causée par la formation hybride qui résulte •j
j, de notre assimilation incomplete de deux cultures disparates? Pourquoi · ··
accuser nos seuls gouvernants de repousser le peuple, quand, de lui­même, w
, le peuple se retire à l’écart? De quel droit exigeons­nous des autres un ;
2 respect sincère de la langue, alors que nous ne consacrons pas tous nos
efforts à la parler et à l’écrire de façon que chacun la doive respecter?
Q Pourquoi ces récriminations stéréotypées sur le retard de notre peuple, , «
Y tandis que, personnellement, nous faisons si peu pour Véduquer? Pour- gi
W quoi les gouvernants, les classes dirigeantes et les masses populaires y
E écoutent­ils si mal les flamingants? Quel est notre prestige? Qu’appor­
tons­nous au monde, nous flamingants? Nul appel au glorieux passé ne« r
l répond à ces questions­là: il donne tort aux Flamands anémiés d’aujourd’hui. ;
lg Ne laissons pas non plus exalter à l`excès le degré supérieur de culture _
ou quelques uns des nótres se sont haussés. Comparons­nous plutót, nous ‘ ;
j foule de Flamands conscients, à nos ,,pairs" des autres pays, et poursuivoms i ‘
.t le silencieux labeur de notre perfectionnement personnel. Ainsi, le peuple i .
j profitera de notre influence et, à notre exemple, voudra prendre con- ‘
science de lui­même. i
Q Moins de travail de démolition, plus d’actes positifs: voilà qui serait
V profitable aux flamingants et à leur action. Dans le passé, nous avions
jy trop souci d’attaquer, tandis qu’il eüt fallu, avant tout, nous dével0pper~ g
« et nous rendre forts nous­mêmes. Hélas! cet esprit de dénigrementiagressif
est une caractéristique de notre tempérament populaire belge, du tem-
[ pérament flamand comme du temperament Wallon. Et il ne paraït pas _
I: que les souffrances de la guerre aient corrigé cette habitude. N’est­il pas l
"·i dès maintenant à prévoir que, sitót la guerre flnie, les masses cèderont
j» à leur impatiente et egcclusive ardeur de chasser du pays toute influence
' t ennemie, jusqu’à en oublier de se rendre fortes elles­mêmes? Elles le
devraient cependant, avant tout. Comment? Mais que les Belges de toutes
les parties du pays, de tous les rangs sociaux, de toutes les opinions, i
i ·s’ef’forcent à une sincère concorde; qu’ils prennent confiance en eux­mêmes;
l ` qu’ils perfectionnent la qualité de leur industrie et de leur commerce;
l qu’ils intensiflent leur culture intellectuelle et améliorent les conditions r a ,
{ de travail; qu’ils se mettent à la hauteur des exigences du moment..De iïj
la sorte, leur initiative propre et leur solide esprit d’indépendance leur Al
i rpermettront de se passer de toute influence et de toute aide étrangères.
‘ Ainsi donc, la restauration de la Belgique, autant que celle de la Flandre, - ` i
, dépend de la régénération de nos forces intrinsèques. ‘
l· Si les flamingants veulent que la population flamande, dans l'ensemble . ‘
{ =’ de ses classes, devienne une réalité psychologique, un groupement homo- ?
~ _ gène de forces conscientes et inconscientes, d'individus unis de langue ff
` , · ä `
Ii; E
l
" ; __i, , - . .- · « ·­ y , -. ; ‘,:· ·`·‘ r Y -­ï·.
Mv « =- ­~ s ­ . ·· . .:» - .· Lic, wel ,1 ­.,,_,`,.n.,,..; rrtïm- L