HomeRapport sur la culture des plants forestiers en pépinièrePagina 7

JPEG (Deze pagina), 1.73 MB

TIFF (Deze pagina), 14.11 MB

PDF (Volledig document), 13.86 MB

.

Yi:
| .
1 F E u 1 1. L US .
l P 1 y « ' ­ ` I
Nolllbrê de _ valeur FaCu11' é 01 S QC ëfdlllêb 3. S(ê111(’:1‘
g Essences Floraison Fructification Dissimination graines Culturele geflllïllaiïve A W OBSERVATIONS
au l110y€111’1€ àl IEC TB à rare
i p C gllê
Aune Mars Octobre Printenips suiv. 800,000 V 60 % Se conserve Sc sème en 3 kg.
ä 3 3.115 (511 Plêlll
.
1 Chêne (rouvre Avril-Mai Octobre Octobre 400 75 % - 150 60 à 80 kg.
et pedonculé) - ‘: hl. à 1.3 hl. _
1 Boulcau Fin Avril juin de juin à Nov. 2,000,000 30 % Décroit très Se sèni en ' 10 kg.
;à vile plein
* Frêne Avril-Mai Septembre Fin Automne ou 14,000 60 % - 20 g. 12 kg. Ne germe que la
~g piintemps suiv. 2** Ellllléê.
Hêire id. Octobre Octobre 4,000 70 % - 20 à 30 g. 10 à 12 kg.
Robinier faux juin Octobre Hiver, Printemps 50,000 - Se conserve 10 g. 4 kg.
è acacia 2 ou 3 ans
@1*111ç-g Mars juiu ]uiu­AOü1; 140,000 30 % Décroit vite Selsème en 10 kg.
4 p ein
1 1
1 . 1
i ques­uns au couteau pour se rendre compte de leur état, ' peut également conserver les glands dans des caisses à claire­voie
f, l p 1
r LQ pm, pépicéa pêuvênt être gammis à 75 %, le douglas ik ou des tonneaux perces de trous que lon plongedans leau.
{1 à 50 % le mélèzê à 40 % 16 Sapm à 25 % Les faines, les chataignes sont epandues sur des claies dans des
_ _ _ chambres closes et sèches, fréquemment brassées, et triées avec
1 S1 l’on ne peut semer tout de suite, les semences doivent · Som
servees a . . , ,.,..
l ”tre con ' ` l’a1: ri de l’humidité et des ron eurs Les '
l E . . ` g A Lorsque le sol est degele, ameubli et essuye, la graine peut­etre ;
1 graines de sapm, de cedre, de bouleau, les glands, les fames, . , , . . , .
1 , , _ mise en terre. Selon le degre d humidite du sol et surtout S1 le
1 les chataignes fermentent facilement. Celles de sapin sont .... . ,
»« , . , , . , , _ semis est tardif, la graine est mise a gonfler dans 1 eau deux ou
4 conservees sur des claies frequemment remuees, 11 est preferable . . , e .
, . . . , trois jours auparavant; celle de meleze peut y rester une douzaine
g de ne pas les desa1ler; celles de cedre sont laissees dans leurs 1 de jours
ï cónes jusqu’au moment du semis; il est préférable de semer ` ft, d _ ` _ _ 1 t 1
celles de bouleau à l’automne, sinon de les étendre en couches L? lquani E E grêläçfs Selïï Ylïmê Sïvïnl es essencês E
minces eu de les statiüer avec du eabie, gum sème pe1e­me1e mïssl ES a"1S= ï"’“X`°‘_ 1 mn 51, eurä “ ïïäquèg Pïr um
avec le grame. Les glands sont eaeüee en faisant alterner une m‘*m€bïSS€“°f"»_ ?Stgf’”’““€?tP§“V€“ gite E qua *6 tïês “"’”S"’·
1 couche de glands et une couche de sable, de feuilles mortes ou fs tï êïlu gwoï Ouïm ïs Iïbnselgnements pom es êssences 1
de pailleg dans ces conditions la racine se développe et on la, es P us a ltuê êmen amp 057665
§ brisera en prenant les glands pour les semer; mais cette muti- Les semis se font à la planche à semer (instrument simple et
lation ne présente aucun inconvénient, bien au contraire, elle bien connu) dans les terrains meubles et homogènes, ailleurs au
al ne laissera au jeune plant que des racines superücielles qui cordeau et à la serfouette. Les lignes sont espacées de 8 à 12 centi­ 1
l rendront ainsi plus facile les transplantations ultérieures, Qu _ rnètres avec, toutes les six ou sept lignes un sentier de 30 centi-
1
E i
2