HomeTraitement des pineraies en campinePagina 7

JPEG (Deze pagina), 1.10 MB

TIFF (Deze pagina), 7.62 MB

PDF (Volledig document), 11.95 MB

- 5 .. ,
Ciest pourquoi, je crois qu°à ce moment, un dépressage t
plus important ne peut être qu°avantageux. Les produits
qu°on enlève sont malingres souvent et n°ont pas de valeur ·
marchande, peut-on dire. lls peuvent pourrir sur la coupe. L
lls recouvriront le sol et empêcheront Vinstallation d°une
couverture vivante souvent néfaste ­- un des buts, d°ailleurs,
du massif serré. - Les branchages empêcheront le tassement
en s’interposant entre les couches d°aiguilles, favorisant p
donc liaération de la litière et, par suite, la formation d’un
humus doux. Minoes, ils se décomposeront eux~mêmes faci·
lement. Les jeunes troncs n`ayant quiun diamètre encore
W faible ne présentent pas de sérieux dangers de propagation
g ‘ de Vbylïésine. llgeutlêitrel igiême leur décomposition sera­t~elle
accomp IC au out e ~ ans.
lls rendront, en tous cas, plus de service couchés que
debout, car ,non coupés, {ls serreraieiï le massif. Danï tege
p1nera1e, qu on examine es cimes : e es ne portent p us e
branches bien vivantes que vers les parties supérieures,
éclairécs. Chaque individu manque d°aiguilles : organes de
respiration, de transpiration et de nutrition. Chacun d°eux
est privé d’une partie plus ou moins grande de ses moyens
­d’existence. ll en résulte que le rendement individuel est
diminué et par suite celui du peuplement en entier, car le
défxcit n°est pas comblé par les avantages que procure l°état
serré, le relevé en fait foi.
Cest à ce défaut que remédie un dépressage hardi des
isujets sains, vigoureux, à tige forte, droite, à bourgeon ter~
V minal puissant, qui conservent leur cime abondante -· ce
qui ne ,veut pas dire étalée, mais plutöt développée en hauteur.
q -­ (èn on ne craigne pasl un arrêät prématuré de lï croissance
en auteur parce que e peup ement cessera être serré.
L°interruption du couvert permet Véclairement des cimes,
mais les brancbages, dont le sol se couvre ne permet pas sa
dégradation. La vigueur des réserves ne les fait pas croïtre
seulement en grosseur, mais aussi en hauteur. N°est~ce pas
à cït àge principalement que les pineraies montrent leur
vita ité?
Le massif sera reformé en deux, trois ans, sans que le sol
ait été mis à découvert et une nouvelle intervention, dans le
sens indiqué sera nécessaire, qui doit, à mon avis, faire
disparaïtre les derniers représentants de cette sorte de peu­
plement secondaire que constituent les petits bois sans