HomeStatuten en andere stukken betreffende de Maatschappij tot zoutwinning op het eiland St. MartinPagina 90

JPEG (Deze pagina), 789.11 KB

TIFF (Deze pagina), 7.20 MB

PDF (Volledig document), 77.93 MB

te l
is
E ossitnvlrion riivltn.
11- `
Fl‘ l La notice qui précede avait ete redigée principalement pour faire coniprendre,
DB aux personnes etrangeres à la fabrication du sel, combien cette operationetait
fla simple et facile. Le plan projeté du salin de Philipsbourg, dresse d’apres le trace
FC, generalement adopte dans les etablissements du midi de la France, etait surtont
äëï destine a faire plus facilement comprendre les explications contenues dans la no-
·uX tice. Nous nous etions reserve d’app0rter à ce plan, avec le concours de l’admi­
F à nistration locale, les modifications qu’une economie bien entendue, la nature des
iieux et la solidite des travaux nous auraient conseillees.
ute · Depuis, M. d’Adheniar, ingenieur de la Société, nous a fait connaïtre un nou
ml; veau trace de salin d’une construction beaucoup plus facile et moins coüteuse.,
ure- adcpte par lui dans le salin de Saint·Felix, situe pres de Venise, et appartenant a
tut, MM. de Rothschild.
ans p Une etude serieuse du nouveau plan nous en a fait reconnaltre la superiorite,
a le » surtout au point de vue de Véconomie apportée dans le prix presume des travaux,
Jals prix auquel la valeur des etablissements du midi de la France avait servi de base.
; et D’après cela, nous n’avons pas balance à modifier le premier plan du salin de
Bufv Philipsbourg; et pour que chacun puisse apprecier la difference qui existe entre
S 16 les deux projets, nous avons cru devoir les placer tous deux ei la fin de cette pn-
mllt blication. La nature des lieux pourra bien exiger encore quelques modifications an
?hs` g second plan, mais reeentmia qui doit en resulter ne pourra qu’etre angnientée,
mus Ainsi, pour citer un detail important, si les inliltrations de la mer, sons la ville
rpm de Philipsbourg, qui sont un grand avantage pour Yexploitation du satin, n`e­
lu6S‘ taient pas assez considerables pour nuire a la formation du sel dans les cristalli­
°8 fla soirs, il serait plus avantageux de placer ces dernieres pieces le long de la ville.
lmté cn face de Pemplacement qu’elles occupent sur le deuxieme plan. L’on eviterait
ainsi la construction du cheinin de fer qui traverse lo salin et la presque totalite
du transport du sel des cristallisoirs au bord de la mer.
Il est inutile d’ajouter que la même observation s’applique aux plans des salins
de la partie française, et qu’il sera apporte ai ces plans, en cours d’execution, toutes
les modifications d’ensemble et de détail qui pourront diminucr les dépenses quäixige
Pachèvemcnt des travaux. _
i
Paris, le 42 aoüt 4856.
li _ A.-F. Pmuunon,
I