HomeStatuten en andere stukken betreffende de Maatschappij tot zoutwinning op het eiland St. MartinPagina 87

JPEG (Deze pagina), 966.78 KB

TIFF (Deze pagina), 7.31 MB

PDF (Volledig document), 77.93 MB

­­ 18 ­­
eäéchzwge pour les vider dans les fasseïv rláauisemerzá hh, dès qu’elles
. ont une densité inférieure Ei eelle de la mer. Par le moyen de ces fossés
q qt des machines d’épuisement on s°en débarrasse dans Pétang d’eau
. * touee P.
Quand, par suite de pluie, la densité des eaux a diminué, et que les
Q cáaufeiïs ne les contiennent pas saturées aux degrés qui leur sont propres,
ll ë on exéeute sur elles une opération qui porte le nom d’Alèzcme¤¤t. Au
ä l rnoyen des mac/lines Jépuisemená , en commence par vider les 7<=S chaafl
gl E faire dans les fossés, puis on fait passer les eaux des sixièmes dans les
7eS et ainsi de suite. Les fossés rlïpuisemeaö d’une profondeur de 1,50m à,
2m pouvant eontenir une masse importante d’eau, on voit que les premiers
eáaajeirs deviennent de suite vides, s°il ne le sont déjà par suite de
la déeharge dans Vétang P de leurs eaux ayant moins de densité que celles
ë de la mer. Alors, au moyeu des mêmes machines, on fait retourner suc­
,i oessivement celles des 7m¤S cfmufoirs, des 685, 5% ete. dans les pre- ·
éi miers. Elles reconnneneent ainsi leur voyage d’évaporation,jusqu’à ee qu’elles F“b'3S‘
parviennent dans chaque cliauffoir aux degrés convenables. sel jin-
L‘opération de Zldlèzemevzö se pratique aussi, si e’est nécessaire, pour
l les c;·é.s·z5aZZis0i¢·s, au moyen des fossës afëgautage qu’on appelle aussi, à. cause
g de eela, aignuäääes d«’.»B•‘«5z:¤g@. Seulement Popération se fait sur les
i ,, eáaajeirs , avec les eaux des cwïsáallisoirs qui n°ont pas une densité suflisante
l‘, pour y rester. Au lieu de faire cette dernière opération, on se contente
l " la plupart du temps, de verser les eaux des crészfallisoirs dont le degré '
,_ a été diminué, dans celles de la pièce-maiáresse, quand il ne doit pas en
lgl résulter, dans la densité de celle-ci, une altération sensible. ’
lr li fi
ll Pièces- Mr. Balard, membre de l’Institut, professeur à la Sorbonne, et l’un
l Balmf des ehimistes les plus distingués de France par sa science et sa pratique 4
,ll S profondes, Mr. Balard, en faisant évaporer au soleil, dans un des
salins du midi, les max mères des c¢·ismZZés0irs depuis 32° jusqu`à 38°, T
L , I découvrit qu’au fur et St mesure de leur eoncentration, il se produisait
, i des dépöts suecessifs des différents sels autres que le 0/ilarure de sedium
l (sel marin) qui se trouvent dans l’eau de mer. En étudiant avec sein la loi
l ii de ces dépöts, il reconnut que certains sels se formaient purs en été, ;
pendant une partie du temps que duraient les dépöts, et mélangés avec
, l les autres pendant le reste de ce temps. La séparation de ces clerniers
E E pouvant avoir lieu, par un précipité produit à la suite d’un abaissement ,4`_ X
l de temperature a 5 centigrades au-dessous de zéro, il les conserva en dis-
, J solution dans des bassins préparés, jusqu’aux premiers froids de l‘l1iver,
l. et alors il les reeueillit séparénient B1. mesure de leur formation. lt
l , li Cette découverte a donné lieu, dans certains salins du midi, à une ex-
ploitation en grand des www mères qui donne des produits chimiques V;

,_ q _ ,,,_ __,,,,,., ,,,­:,.r_, ,..,,_,,_. . · · -»­- ­ - - ···--- - er