HomeStatuten en andere stukken betreffende de Maatschappij tot zoutwinning op het eiland St. MartinPagina 75

JPEG (Deze pagina), 0.96 MB

TIFF (Deze pagina), 7.31 MB

PDF (Volledig document), 77.93 MB

E A L iW_d idddddid P didd P
l 'tg
l .
` 6 "`
telle partie des travaux.·`Dans le cöté ouest de l’étang de Pliilipsbourg,
; a lemplacement de la pzecc­mavYz5ressc, et plus haut qu’elle, en suivant la *
2 digue nord (le nord étant au haut du dessin), le fond de l’étang, très
l solide, partout ailleurs, est jusqifa une assez grande profondeur extrê­ P
mement vaseux et mou. Pour cette partie de la diguc clkrzceináe, comme Q
pour la presque totalité de celles de la piècc­mc¢€ó¢·sssc, on sera probable­ J-
ment obligé d’employer des plates formes submersibles en fascines, comme
celles sur lesquelles on construit certaines digues en Hollande, afin de V
consolider le sol, et donner une forte base aux travaux.
Pour fortifier la digue cïcnccimfe, on plantera au pied de son talus,en
dedans et en dehors du salin, des mcmglrlcrs ou autres arbustes des bords
{ de mer qui poussent dans l’eau salée.
iz
Canmuezian, La construction, la disposition et la préparation des crisáallisairs sont
dijgüêmêojzt les travaux les plus délicats et les plus minutieux d"un salie:. On ne
P pdes saurait ymettre trop de soins, parce que, de leur bonne exécution, dépen­
°”i““m‘°""" dent Pabondance de sa production et la qualité de ses produits.
Pour construire les crésmllisoirs on commence par exécuter, dans toute
sa longueur, mais sur une partie de sa largeur seulement, la digue de
séparation J, des cáaqgfairs et des criszfallisoirs, au moyen d’une petite
voie ferrée à traction de chevaux, comme cela se fait pour les terrasse­
tt me11ts des chemins de fer, afin d’isoler complètement Pemplacement des ïr
. crismllisoirs de l’autre partie de Pétang.
On remarquera qu’il s’est formé naturellement un fossé en dehors de la
ä, digae cZ’mc«2i7z25e, par l’enlèvement des terres qui out servi à. la construction
l' de cette digue , et, dans le cours du travail, on a eu soin de donner, à ce
fossé, la même profondeur au moins que le point le plus bas de l’étang. l
A un endroit choisi convenablement dans la partie nord de la cligue cfm-
iê ccivzte, on établit une vanne qui donne, à volonté, passage à l’eau salée
cxistant dans Pemplacement des cïisóallisaim Ces eaux se déchargent, dans
le fossé extérieur dont on vient de parler, et sont conduites, par lui, à
Pemplacement des mac/zines Jejaztisewzerzá qui les rejette dans la partie de
l’étang réservée à la construction des cáaqfairs. On vide ainsi, peu à peu,
i Pemplacement des crisafalóisoirs, et, au fur et à mesure que les eaux se
retirent et laissent des surfaces à sec, on construit les cairels dont les
; directions ont été marquées St l’avance sur le terrain par des piquets.
g Les cairels sont encaissés entre deux rangs de planches parallèles. Ceux qui
, ne bordent pas les fossés rfigoutage ont 60 centimètres de largeur et 35 h
{ à 4iO centimètres de hauteur. Les autres ont la même hauteur et une lar-
geur de 1m.25 à lm. 50. Les terres employees pour la construction des
cairels sont prises dans les fassés eleiqaumgc dont on calcule le profil en
ë conséquence, d’après les règles conn'ues. Il en est de même des terres
E
l .