HomeStatuten en andere stukken betreffende de Maatschappij tot zoutwinning op het eiland St. MartinPagina 74

JPEG (Deze pagina), 952.80 KB

TIFF (Deze pagina), 7.26 MB

PDF (Volledig document), 77.93 MB

i
la
ie
E lande. Elles seront mises en mouvement par des moulins à vent de la
construction la plus solide et la plus elementaire possible, ayant une force ‘
, de 3 à. 4 chevaux chacun. On en suppose cinq dans le projct, plutöt qu’un
seul ou deux ayant la force mécanique des cinq, parce que, si un accident
pi arrive à un moulin, le travail d’epuisement, qui serait arrête ou considera-
ri blement dirninué dans le dernier cas, nuspiouve qu’une diminution peu
sensible dans le second. Le fond du fosse ou les rmeäérzes rfépuisemerzt
E ‘`l4 prendront l’cau, devra se trcuver un peu au­dessous de celui du fossé
ccutral dkëpuiscmcut des clmulfoirs hh, pour que, quand ceux-ci
J seront faits, leurs eaux puissent toujours être facilemcnt amenees aux
machines eiïpuisemená.
Après Petablissement des mac/times eïépuisemerzt, on procêdc a celui des
reues à Tympan G qui seront les premières dont on aura besoin pour la
fabrication du sel , les deux autres en F ne seront placees qu°à l’epoque de la
construction des ckaufoirs du saZirz.
Ces roues très simples, en bois, ont pour destination d’élever l’eau d’uu
point pour la verscr sur un autre. Elles sont placées dans des puits ou
canaux en maçonnerie , en bois , ou en argile, à la profondeur du fond de la
]JièCB·772¢Z71f7’8SS8, avec laquelle elles sont toujours en communication par le bas.
Le diamètre des roues à áympcm est determine par le double de la distance
entre le fond de la pièce­maïtresse et le point ou l’eau en sel doit être elevee
pour couler facilement, jusqu’aux erismliiseirs I), dans le 0amZ cZ’eZi­ «
J memfaáien 06. On ajoute à la longueur ainsi obtenue 40 ou 50 centimètres
pour le trou du centre de la roue, par lequel l’eau elevee s’echappe.
En même temps qu’on etablit les macfrirzes cïepuisemená et les roues à
Zymparz, on construit en maçonnerie les deux arijees de sertie 0, ,
l l’un à la mer, l’autre à l’etang d’eau douce, et on installe leurs vmiaucs.
d Ces travaux se font, comme à l’ordinaire , pour des constructions semblables. J i
Quant aux carmux de prise cïeau à Za mer A, on les construit sous
t le rivage, en bois ou en rnaçonnerie, en plaçant le haut du canal au E
niveau des plus basses marees, et en faisant en avant, dans la mer,
si c’est necessaire, un petit travail de defense qui arrête le bout des laines,
et permet au sable de se déposer dans la partie de la plage creusee derrière le
travail de defense, sans pouvoir s’introduire dans le camel [Ze prise {Weer;.
Ce canal a environ 1 mêtre de longueur sur 0,50 Qa. 0,60 dc hauteur.
g;(,,,,,,­m;,,,, La cligue cïenceirzáe, sur la plus grande longueur de son parcours, peut
être construite avec les terres argileuses des bords de Vetang ou du cam!
exterieur N, en employant tantöt le pelletage de la terre Ei pied d’oeuvre,
tantöt le transport 5. la brouette, tantöt le transport par wagons sur de
petites voies à traction de chevaux. La situation des lieux, la constitu-
tion du sol et Peconomie decideront du mode à. adopter dans tclle ou