HomeStatuten en andere stukken betreffende de Maatschappij tot zoutwinning op het eiland St. MartinPagina 10

JPEG (Deze pagina), 709.30 KB

TIFF (Deze pagina), 7.11 MB

PDF (Volledig document), 77.93 MB

[
PIECES J USTIFICATIVES.
EXTRAITS mas RAPPOBTS ojiczïels adressés par Ze clépartemmt
des colmzies en Hollande aux E'tats··G'éné1•au.2:.
St. MARTIN.
«· ­ ­-
1,850.
A St. Martin, le commerce a eu, pour principal aliment, Yimportation
d’a1·ticles propres à. la consommation locale, et Pexportation du sel.
La récolte du sel a été tres abondante pendant les quatre dernières
années (1), ce qui a fait beaucoup augmenter le mouvement de la navigation.
En 1850 la quantité récoltée dans le grand ótang, dont Pexploitation
est publique,
a été de ................ 337,294bar.(2)
, ` dans les concessions particulières ....... 10,020 barils.
Total . .-347,314 barils.
soit 43,414tonnes.
en 1849 la quantité récoltée dans le grand étang a été de 213,000 barils.
dans les concessions particulières ........ 34,251 ,,
Total . . 247,251 barils.
soit 30,906 tonnes.
Le déücit de 24,231 barils sur la production des concessions particu-
lières, en 1850, doit être attribué aux dommages causés par Pouragan
du 11 Juillet 1850, qui a fait perdre une deuxième récolte.
Eu égard at l'état languissant de Fagricnlture à St. Martin, la récolte
du sel dans le grand étang, et le mouvement commercial qui en est la con-
, séquence, constituent les seuls moyens d’existence des habitants, ct le
` revenu le plus important de la caisse coloniale.
` L’ouragan du 11 Juillet 1850 a détruit une partie de la récolte, rompu
I la digue (du camel de déchargc das cam; pluviules), et rempli Pétang d’eau»
. de sorte que Pespérance d’une nouvelle récolte serait, pour longtcmpse
1 ajournée, si Vépuisement du trop plein de Fétang était abandonné seu-
lement a Pévaporation solaire (3).
(1) En 1848, la récolte a été de 400,000 barils environ, ou 50,000 tonnes.
i (2) Le baril est de trois boisseaux américains.
, (3) Ces accidents ne sont plus a craindre avec unc exploitution méthodique , d’après le
système employé dans les salins du midi de la France.