HomeCorsatPagina 22

JPEG (Deze pagina), 649.44 KB

TIFF (Deze pagina), 5.62 MB

PDF (Volledig document), 13.53 MB

`
i
ï l
i i
­­ 20 -
la foi à la Divinité et a Pimmortalité de l’àme. Corsat croit E
à un Etre supreme, immaculê, bienfaiteur ; il porte en soi
i la conviction de l’existence d’un monde moral, éternel, in-
souillé, superieur au monde de la matière, qui est éphémère
et pêcheur. Il croit qu’ici­bas le mal lui­même coutribue
au bien, puisque Dieu le permet, quoique sous la main de
la Providence la volonté humainc doive former comme une
force répulsive, un contrepoison et un contrepoids, qui ar-
rête les progrès de l’ennemi, qui maintienne les rapports de p
la lumière et des ténèbres au milieu de l’impert`ection oü Z
l’homme vit et la société marche, et qui, ainsi qu’1u1e aiguille
aimantée par l’amour du tout­Puissant, tourne toujours vers
· les splendeurs de l’idéal. Corsat accorde ce qu’il y a d’ur­ q
gent et même de salutaire dans les distances sociales et leve i
les épaules au tableau, séduisant toutefois, d’une communauté de JE
propriétés et d’une égalité de fortunes; mais que sous le régime
du monde actuel chacun n’ait pas le salaire selon le travail,
que, a cause même de cet état social, les riches aient été poussés
insensiblement à l’accaparement et au monopole, qu’ils s’obsti­
11ent a ne vouloir comprendre ni l’essence ni les besoins du Tp
peuple, qu’il reçoive si rarement ce qu’il implore sans cesse
d’eux, c’est a dire rien qu’une marque de bonne volonté,
que le labeur ne peut s’acquérir la part ou chacun a droit,
une place au soleil, un gai rayon d’espoir à 1’ll01`lZ0ll, voila
sa seule, son unique plainte. Selon lui la tàche de nous
tous est de guérir les plaies dont soulfre la société de ce
siècle, celle du peuple de faire valoir d’une manière lion-
nête, sérieuse et paciiique ses droits a l’aisance, au bonheur,
a la certitude du travail et du salaire; au bout de cette ta-
F
che il trouvera, non pas Pégalité , qui est impossible, mais
la solution des proportions sociales, et cet accord, rêve du
poète! se réalisera par la concorde, la persistance et l’as­