HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 81

JPEG (Deze pagina), 526.42 KB

TIFF (Deze pagina), 4.61 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

·¤
toutes les forteresses, hcencier une ermee qui est
z, condamnée à s’ennuycr éternellement , ce qui serait ig?
t, du reste contorme a l’espr1t et a la lettre du lionteux tg;
s traité de 1839 uis ue la lu art des re résentants
J 3 P *3,,.ë
11 ui ont adhéré ont été amenés Jrinci alement
3 ,_ E
st parce qu’ils ont pris au sérieux les déclarations des

vs rnimstres qui assuraient que les sacrifices, que l'0u
e nous imposait,seraient compensés par la suppression
à ou au moins par une réduction radicale du budget
*25*
a de la guerre.
Z t Au surplus, dit­il, ce qui vient de se passer n’est­il
S pas de nature à rassurer completement les plus
, . . . . **14
J tunores sur les sentiments de nos puissants parents
F et protecteurs, ànotre égard? Il s’agissait, comme
' l on l’a appris,d’une alliance industrielle etïcommer­
' ciale entre la France, la Hollande et la Belgique,
‘ ce qui aurait procuré des débouchés imnienses à
' . notre industrie, et relevé 110tre commerce languis-

sent. Pendant deux mois, nos journaux ministériels
11’ont pas dit u11 mot pouvant mfirmer cette bonne
. . . . ciw,
l g nouvelle. Mais , lorsqu’1ls eurent appris par les wgxä
‘·;ag?~ë
F journaux anglais, que le gouvernement de ce pays Q
s’opp0serait de toutes ses forces à cette féconde
wel “
alliance des trois peuples intéressés, sous prételite
E `su. L
iw
{inv
t`